fbpx Une histoire des inégalités | Actes Sud Aller au contenu principal

Une histoire des inégalités

Sous-titre
De l'âge de pierre au XXIe siècle


Louis CHAUVEL Préfacier

C’est une fresque saisissante que Walter Scheidel déroule sous nos yeux : sur des milliers d’années et au sein des sociétés les plus diverses, il examine les épisodes de l’histoire humaine où la courbe croissante des inégalités économiques s’est inversée. Et nous découvrons, contre toute attente, qu’elles sont une caractéristique intrinsèque des civilisations avancées et que leur réduction est moins probable en période de paix et d’abondance qu’en période de déstabilisation et de chaos, où elles reculent souvent au prix de violences mortifères. Avant de renaître inéluctablement.

Dans cette plongée historique jusqu’au Néolithique, Walter Scheidel identifie quatre processus ou facteurs de liquidation des inégalités extrêmes et de progression de l’égalité – la guerre, la révolution, l’effondrement de l’État et la pandémie –, en se gardant de tout déterminisme.

L’auteur navigue à travers les âges, fait revivre les souffrances des temps jadis et reconstitue les inégalités à partir d’une connaissance encyclopédique des travaux existants et d’une compilation systématique des vestiges, des traces – tessons de céramique, plans de ville, surfaces habitables, âge au moment du décès, tailles de squelettes, obscures inscriptions ou antiques poèmes… Il restitue les liens de dépendance entre les hommes, ainsi que les lieux de pouvoir et d’accumulation. Il nous entraîne du Japon de Hiro Hito à l’Athènes de Périclès, des Mayas des plaines à l’actuelle Somalie, de la Chine impériale à la grande Babylone, de la République romaine à l’empire hittite, de la civilisation mycénienne à l’Égypte mamelouk, de l’URSS et de la Chine communistes aux États-Unis et aux principaux pays de l’Europe moderne et contemporaine. Partout, il ausculte la nature des drames et leur capacité à mobiliser, détruire et changer les hommes.

L’analyse de Scheidel éclaire ainsi d’un jour nouveau la persistance des inégalités et démontre, avec une efficacité magistrale, cette mécanique d’anéantissement et de renaissance dont le capitalisme mondial est le dernier avatar. Il nous rappelle l’urgence de répondre politiquement à une globalisation inégalitaire dont les fragilités accumulées pourraient entraîner un collapsus à l’échelle mondiale.

Historien de grand renom, Walter Scheidel enseigne à l’université Stanford, où il est titulaire de la chaire Dickason, professeur d’études classiques et d’histoire, et membre du département Kennedy-Grossman de biologie humaine. Il a écrit ou dirigé une vingtaine d’ouvrages, en particulier en histoire économique et sociale de la période prémoderne, en démographie et en histoire comparée. Sommité dans son domaine – l’histoire des civilisations antiques européennes –, Scheidel a inventé une nouvelle approche des mondes antiques, en utilisant des arguments socio-économiques généralement appliqués à notre temps pour éclairer notre passé lointain.

janvier, 2021
14.50 x 24.00 cm
768 pages

Langue :
Cédric WEIS

ISBN : 978-2-330-14077-9
Prix indicatif : 28.00€



Où trouver ce livre ?

Voici un ouvrage important dont la traduction arrive à point nommé. Son auteur Walter Scheidel, est un universitaire reconnu pour ses compétences sur l’Antiquité en général et le monde romain en particulier. En anglais, le titre de son essai signifie la grande faucheuse — The Great Leveler — et l’on en comprend mieux les raisons à l’énoncé de sa théorie. Selon ce professeur de Stanford (Californie), de tout temps les civilisations ont produit de l’inégalité sans discontinuer. Et les moyens pour la réduire se comptent sur les doigts d’une main. Ils sont au nombre de quatre qu’il nomme les Quatre Cavaliers de l’Apocalypse, à savoir la révolution transformatrice, la guerre de masse, la faillite de l’Etat et la pandémie.

Laurent Lemire, LIVRES HEBDO

Du même auteur