fbpx Des ailes d'argent | Actes Sud Aller au contenu principal

Des ailes d'argent

Sous-titre
La vengeance d'une femme est douce et impitoyable



Faye mène la belle vie à l’étranger. Sa société Revenge est plus florissante que jamais et son ex-mari infidèle se trouve derrière les barreaux. Mais au moment où elle pense que tout est rentré dans l’ordre, sa petite bulle de bonheur est de nouveau menacée. Revenge est sur le point de s’implanter aux États-Unis lorsqu’elle découvre que de nombreuses actions sont vendues dans son dos, mettant en péril l’existence même de l’entreprise. Contrainte de retourner à Stockholm, Faye risque de voir l’œuvre de sa vie s’effondrer. Et pour couronner le tout, les fantômes inexorables de son passé semblent encore loin d’avoir étanché leur soif de sang. Avec l’aide d’une poignée de femmes triées sur le volet, elle va désespérément tenter de sauver ce qui lui appartient – et la vie de ceux qu’elle aime.

Après l’impitoyable Cage dorée, Camilla Läckberg clôt son diptyque trépidant avec un thriller qui fait funestement écho au destin de tant de femmes. Dans un monde régi par la perversité de l’homme, Faye est de nouveau sur le pied de guerre et sa vengeance sera terrible.

novembre, 2020
14.50 x 24.00 cm
320 pages

Langue :
Rémi CASSAIGNE

ISBN : 978-2-330-13851-6
Prix indicatif : 22.70€



Où trouver ce livre ?

Camilla joue avec nos nerfs, notre dégoût pour les abus et notre plaisir à voir des corps exulter en toute liberté. Chez elle, les femmes sont fortes et belles mais toujours aux aguets face aux hommes qui sexualisent sans cesse leurs corps.

Thierry Coljon, LE SOIR

Un diptyque trépidant qui vous laissera à bout de souffle jusqu'à la dernière page. La reine du polar suédois surfe plus que jamais sur la vague #MeToo, Balance ton porc, en nous servant désormais (sur un plateau d'argent) des histoires de femmes vengeresses et sans merci. Les féministes vont adorer !

Stéphanie Lohr, ICI PARIS

Féministe de toujours, la Suédoise sort les crocs avec une férocité machiavélique.

Cécile Lecoultre, 24 HEURES

Avec Des ailes d’argent, elle laisse libre cours à ce personnage sensuel, à la réussite implacable et prêt à tout pour se défendre, en alliant de façon redoutable le féminisme et l’immoralité.

François Barrère, MIDI LIBRE

On aime sa galerie de personnages féminins hauts en couleur, glamour et puissants, qui décident de reprendre leur vie en main et nous donnent ainsi du courage.

MAXI

Cette nouvelle série de Camilla Läckberg est un hommage à certaines littératures des années quatre-vingts (Fay Weldon, Jackie Collins, Judith Krantz et Sidney Sheldon), mais offre un nouvel opus au débat MeToo. (...) L’histoire est élaborée et compliquée, un mélange d’adrénaline de sang et de plaisir, de puissance et d’intrigue, un hymne à la vengeance qui, dans un jeu de références croisées entre fiction et réalité, semble s’inspirer de la réalité.

Sylvie Lecoules, TARN LIBRE

Une fois encore, la romancière frappe fort. C’est doux, impitoyable. Avec, en prime ultime, une bonne dose d'immoralité !

Serge Bressan, LE QUOTIDIEN DU LUXEMBOURG

Spoliée mais vengée au premier tome, Faye Adelheim ne se roule pas dans la soie au second. Comme si l’histoire se répétait.

Cécile Lecoultre, LA TRIBUNE DE GENÈVE

Furieusement machiavélique, délicatement féministe. Avec, en prime ultime, une bonne dose d’immoralité ! Et, en creux dans tout le roman, cet avertissement lancé une nouvelle fois par Camilla Läckberg : la révolution féminine (féministe ?) est en marche, et rien ne l’arrêtera…

LA GRANDE PARADE

Le second volet après La Cage dorée remplit toutes ses promesses.

BLOG J'ADORE LA LECTURE

On aime ce thriller noir et féministe : la reine du polar Scandinave a encore frappé.

COSMOPOLITAN

(…) : ce thriller fait écho au destin de nombreuses femmes. Faye est de nouveau sur le pied de guerre pour sauver sa peau et celle de ses proches. Sa vengeance sera terrible !

PAGE DES LIBRAIRES

Une fois encore, Camilla Läckberg, la romancière reine du polar suédois frappe fort, vise juste. C’est doux, c’est impitoyable… Furieusement machiavélique, délicatement féministe. Avec, en prime ultime, une bonne dose d’immoralité !

Serge Bressan, WE CULTE MAGAZINE