Aller au contenu principal

Conte d'exploitation



Lundi matin, réveil difficile pour la commissaire Régine Partouche : la réunion avec Pucheu, son supérieur, lui donne envie de rester au lit… La nouvelle politique de management a causé des dégâts au sein des équipes.
L’ambiance est au flicage…
Elle avait d’ailleurs raison de redouter la réunion : Pucheu lui apprend qu’un travesti brésilien a été retrouvé mort devant la librairie de son mari. Pur hasard ou volonté de la viser ? Les faits lui rappellent une affaire résolue trois ans plus tôt, mais Pucheu confie l’enquête à l’inspecteur Darnando, le mouchard… et éloigne la commissaire en la chargeant d’une autre affaire, l’assassinat d’une peintre, Hortense Majera. Partouche va mener les deux enquêtes de front. La première, l’officieuse, avec l’aide de ses anciens collaborateurs, la conduit sur la piste d’un lupanar. La seconde, l’officielle, menée avec sa nouvelle équipe composée d’“hommes de Pucheu”, lui fait découvrir l’univers de la peintre Majera, une femme de convictions, et son dernier commanditaire, un industriel aussi froid que retors.
Politiquement en guerre contre les nouveaux usages du pouvoir, Régine Partouche tente de contrer sa hiérarchie grâce aux préceptes de L’Art de la guerre et aux conseils avisés de sa psychanalyste. Sera-t-elle de taille face à des adversaires de plus en plus clairement décomplexés ?

février, 2011
13.50 x 21.50 cm
224 pages


ISBN : 978-2-7427-9512-3
Prix indicatif : 18.30€



Où trouver ce livre ?

Ce livre se lit à la fois comme un polar haletant, comme un réquisitoire contre le déni de justice en France et en Europe, une charge contre le mépris affiché envers les peuples.

Claudine Galea, La Marseillaise

Ce qui est intéressant, c'est autant l'intrigue où se mêle la vie privée de l'enquêtrice, que le tableau du machisme ambiant.

Charles Rouah, Femme actuelle

Dans ce Conte d’exploitation à l’humour grinçant, Dominique Sigaud conjugue tous ses talents pour faire de ce polar noir et corrosif sur notre société un petit précis de résistance.

Christine Rousseau, Le Monde des livres

Un style net et tranchant. (…) Avec Conte d’exploitation Dominique Sigaud poursuit les enquêtes du commissaire Régine Partouche, qui pourrait bien entrer au panthéon de la littérature policière. Du très grand polar.

Maud Vergnol, L'Humanité Dimanche

Le polar chez Sigaud est noir, social, très politique.

Centre France

Avec ce sens de l’humour que partagent les âmes désespérées en quête d’innocence, Dominique Sigaud, très colère et très en verve, épingle tout ce qui ne va pas dans notre société.

Martine Laval, Télérama

Chez Dominique Sigaud, la vie intérieure de son héroïne compte au moins autant que le monde plein de périls et de personnages doubles qui l’entourent. Ce qui lui assure une place originale dans le paysage du polar français contemporain.

Sébastien Lapaque, Le Figaro littéraire

Du même auteur