Aller au contenu principal

Le chant d'al-Andalus

Sous-titre
Une anthologie de la poésie arabe d'Espagne



Pendant près de huit siècles – de la conquête omeyyade en 711 à la chute de Grenade en 1492 –, la poésie arabe s’épanouit de façon admirable sur le sol andalou. Elle développe avec aisance son caractère propre ; ses poèmes en strophes, relevés par des termes dialectaux, invitent au chant. Il est aujourd’hui diffi cile de contester son infl uence sur l’art des troubadours. La poésie andalouse nous toucherait ainsi de la façon la plus directe.

Ce volume rassemble l’essentiel des chants d’al- Andalus. Les voix de quarante poètes, hommes ou femmes, princes ou gens du peuple, courtisans ou soufi s, sont convoquées ; les différents genres poétiques sont déclinés à travers leur diversité régionale et leur évolution. Chaque période littéraire est précédée d’un résumé historique, et chaque poète d’une notice biographique et critique.

A côté de nombreuses odes classiques (qasida), le recueil propose à part égale des pièces lyriques en strophes (muwashsha et zajal), qui constituent la marque distinctive de la poésie andalouse. Une attention particulière a été donnée à la restitution des différents mètres et rimes.


Edition bilingue français / arabe.

janvier, 2011
12.50 x 19.00 cm
368 pages


ISBN : 978-2-7427-9518-5
Prix indicatif : 23.00€



Où trouver ce livre ?

Dotée d'un riche appareil critique, comprenant résumés historiques et notices biographiques, cette édition bilingue rend accessibles les subtilités de l'une des grandes traditions de la culture orientale.

Allan Kaval, Marianne

Le Chant d’al-Andalus, grâce à la réunion de ces chantres à fleur de peau qui font revivre des siècles de splendeur et de misère, apporte un éclairage complet, nostalgique aussi, sur un courant qui influença jusqu’à la poésie médiévale.

Cette anthologie de poésie arabe d’Andalousie rassemble des pièces lyriques en strophes, des variations chantantes, des vers légers et grivois, écrits dans un arabe littéraire qui n’exclut pas une éloquente vulgarité.

Cécile Strouk, Le Monde diplomatique

Du même auteur