Aller au contenu principal

Exil intermédiaire



C'est à New York, le temps d'un week-end de juillet, que se joue l'épilogue de la vie amoureuse de deux femmes qui ne se connaissent pas, et qu'elles quittent cette sorte d'exil intermédiaire où les a placées leur désir de rupture. Entre relecture du passé et questionnement du présent, un roman magnétique sous le charme d'une ville qui ne l'est pas moins.

août, 2012
11.00 x 17.60 cm
432 pages


ISBN : 978-2-330-01057-7
Prix indicatif : 9.50€
Babel n° 1125



Où trouver ce livre ?

Céline Curiol a l’art d’éclairer d’une lumière tranchante cette errance flottante au sein d’une ville où elle a longtemps vécu. Loin des clichés, elle capte l’aimantation insidieuse de Manhattan, nid électrique lavant les cerveaux affolés par l’amour en fuite. (…) L’exil intermédiaire, c’est cet état second, totalement volontaire, qui pousse à prendre la poudre d’escampette avant l’effondrement des sentiments. Par son écriture sinueuse et mélancolique, pleine de pensées magiques et de sursauts de vie, Céline Curiol voit ce vagabondage comme un délicieux ensevelissement de soi, une hibernation salutaire.

Marine Landrot, Télérama

Dans nos vies soumises à une impérieuse normalité, le moindre écart fait figure d’événement. Quand la littérature s’en empare, cette exploration est féconde, tant elle semble trouver sa raison dans les failles de la vie. Histoires de femmes qui se promènent au bord de la folie, crapahutent dans de grandes cités, le monde de Céline Curiol, depuis ses deux premiers romans, décrit des situations en marge. Son dernier livre, Exil intermédiaire, participe de la même obsession.

Amaury da Cunha, Le Monde des livres