Aller au contenu principal

Angle de réflexion



Le photographe espagnol Chema Madoz occupe depuis trente ans une place particulière sur la scène artistique internationale. Son œuvre tout à fait singulière ne se rattache à aucun courant particulier même si on a souvent cité à son propos une influence du mouvement surréaliste. D’une extrême rigueur graphique, ses compositions en noir et blanc, autour d’objets banals ou familiers qu’il crée, recueille, détourne ou transforme dans son atelier, déploient un monde imaginaire qui interroge radicalement notre sens de la perception.


Chema Madoz est dans la sélection ELLE.fr des "20 photos bluffantes vues aux Rencontres d'Arles" .

octobre, 2014
32.00 x 24.00 cm
458 pages

Claude BLETON

ISBN : 978-2-330-03481-8
Prix indicatif : 65.00€



Où trouver ce livre ?

Le photographe espagnol Chema Madoz est un magicien. […] Chaque page est une énigme. Les images gagnent en relief, le livre semble en 3D. Allez comprendre ! Magnifique.

Philippe Tretiack, Elle décoration

Chema Madoz "trompe l'œil et l'esprit par ses petites mises en scène faites de cuillères, d'allumettes, d'épingles à cheveux… déconcertantes de simplicité et d'efficacité."

Fabien Simode, L'Oeil

Souvent teintées d'humour ou d'ironie, ses images possèdent une force poétique qui nous entraîne dans un monde imaginaire en interrogeant notre perception.

Éric Karsenty, Fisheye

Toujours en noir et blanc, ses clichés très graphiques fonctionnent comme des gags poétiques, à la Magritte, des énigmes visuelles à résoudre.

Télérama

Le photographe espagnol Chema Madoz transforme les instruments familiers en objets surréalistes pour les mettre en page dans des images noir et blanc au graphisme épuré et magiquement éclairées.

Madame Figaro

Chema madoz n'a pas son pareil pour tirer d'un simple cliché en noir et blanc un monde interlope, étrange, envoûtant, de prestidigitateurs. 

Chaque page est une énigme. Les pages gagnent en relief, le livre semble en 3D. Allez comprendre ! Magnifique.

Philippe Trétiack, Elle Deco

C'est la poésie douce et absurde de l'Espagnol Chema Madoz.

Une "ode aux faux semblants".

Caroline Stevan, Le Temps

Ses photographies, outre leur qualité esthétique et leur précision technique, présentent un aspect ludique, un jeux e réflexion autour de l'expression ou de l'idée qui lie les différents éléments.

Un ouvrage d'une grande originalité et d'une qualité de fabrication irréprochable.

Pascale Brites, Le Monde de la photo

Que d'audace et de poésie dans le travail du photographe espagnol Chema Madoz.

Maison côté sud

Son exposition aux dernières Rencontres d'Arles fut l'une des plus lumineuses, des plus surprenantes. Le livre qui l'accompagne est du même acabit. Cet Espagnol est un magicien, capable de transformer n'importe quel objet quotidien en œuvre poétique.

Stéphane Brasca, De l'air

Surprises, illusions et poésie se confrontent au fil des pages à ce que nous pensions être la réalité.

Tendances Côte d'Opale

Les magnifiques triages de Madoz, dans leur épure, la rigueur de leur cadrage et le parfait équilibre de leur noir et blanc visent la plus incontestable normalité. Et se moquent bien de toute normalité.

Sud Ouest

Chema Madoz joue avec nos sens et nous ouvre un monde plein de poésie, de facétie et de subtilité, un monde à découvrir et à arpenter les yeux et l'esprit bien ouverts, en veillant à ne rien laisser passer.

Page des libraires, Coline Hugel

L'univers poétique et surréaliste du photographe espagnol Chema Madoz.

Frédérique Briard, MAISON FRANÇAISE MAGAZINE

Un magnifique ouvrage que cette monographie consacrée au trop méconnu photographe espagnol Chema Madoz.

Frédérique Briard, PARISCOPE

Les magnifiques tirages de Madoz, dans leur épure, la rigueur de leur cadrage et le parfait équilibre de leur noir et blanc visent la plus incontestable normalité. Et se moquent bien de toute normalité.

HOKUSAI

Un beau livre baigné de poésie.

PHOTO

Un "univers surréaliste jubilatoire".

Jean-Marc Le Scouarnec, La Dépêche du Midi

C'est décalé, sensible, mais aussi ironique et plein d'humour.

La Provence

Les spectateurs, ravis, s'essaient à deviner comment ce Madrilène réalise ses sujets. Pas de trucage, cet héritier de Magritte jongle sur l'ambiguité en noir et blanc.

Il faut parfois revenir à l'essence de la photographie pour mieux comprendre l'étonnement qu'elle a suscitée instinctivement.

Brigitte Ollier, Libération

Du même auteur