Titien | Actes Sud
Actes Sud Beaux Arts
Hors collection

Octobre, 2012 / 28,5 x 33,5 / 434 pages

traduit de l'italien par : Anne GUGLIELMETTI
ISBN 978-2-330-01197-0
prix indicatif : 69, 00€


Où trouver ce livre ?
|

Titien

Augusto GENTILI

Titien (1488-1490 - 1576) est le contemporain de Vasari, Michel-Ange, Tintoret et Véronèse. Il reste le souverain indiscuté de la scène vénitienne durant trois quarts de siècle. Formé dans l’atelier des Bellini et bientôt associé à Giorgione, il est dès son adolescence l’un des artistes le plus en vue à Venise. À la mort de Giovanni Bellini, en 1516, il est nommé peintre officiel de la République de Venise. Le cercle de ses commanditaires s’étend rapidement, grâce notamment au soutien de l’Arétin : son ami écrivain et essayiste ne cesse, dans ses Lettres, de décrire et de louer ses tableaux, et, ce faisant, lui permet de tisser un puissant réseau de relations.
Malgré les guerres de religion et les voyages, les succès s’enchaînent : Mantoue et Ferrare auprès de Frédéric II Gonzague, Rome auprès du pape Paul III, Augsbourg auprès de Charles Quint. Enfin, il peint pour Philippe II, roi d’Espagne, et se fixe définitivement à Venise où il meurt en 1576.
Titien est l’auteur d’une oeuvre immense. On lui connaît directement deux cent soixantedix oeuvres : portraits, scènes religieuses, mythologiques, allégoriques ou érotiques. La vision sereine de ses débuts s’estompe dans sa période maniériste, au profit d’une maîtrise toujours plus libérée. Puis les guerres de religion donnent à ses travaux un ton plus dramatique, mais avec un chromatisme plus expressif.
Titien est avant tout un peintre de la liberté.
Une liberté thématique. Il privilégie le rendu expressif de l’aspect physique et moral de ses sujets et donne naissance au nouveau genre qu’est le portrait officiel. Parallèlement, il détourne les thèmes religieux pour exalter les plaisirs terrestres et les fastes de la mondanité. Sa peinture transpire le bonheur païen et innocent.
Une liberté technique. Le recours aux tout nouveaux liants et pigments, comme à la toile, suscite à Venise recherches et inventions. Alors que l’école florentine continue d’accorder la primauté à la ligne et au dessin préparatoire, Venise privilégie la spontanéité de la touche et la richesse des coloris. S’attachant moins aux détails, Titien va jusqu’à mélanger et projeter les couleurs du bout des doigts, dans une gamme chromatique plus restreinte où se juxtaposent des taches qu’on dirait informes.
Une liberté de diffusion. La toile ne présente pas les contraintes des panneaux ou des fresques. Elle se transporte aisément, même de grands formats, se montre et suscite l’envie des amateurs. C’est dans ce clim

Titien

Association du méjan

Actes Sud newsletter

Inscription à la newsletter :

newsletter