fbpx Par une espèce de miracle | Actes Sud Aller au contenu principal

Par une espèce de miracle

Sous-titre
L'exil de Yassin al-Haj Saleh



Pendant une année, Justine Augier fait l’aller-retour entre Paris, où elle habite pour la première fois depuis la fin de ses études, et Berlin où elle rend visite à Yassin al-Haj Saleh, un des esprits les plus libres et les plus lucides de la dissidence contre le régime d’Al-Assad, pour remonter avec lui le fil de sa vie syrienne, de son exil forcé, d’une histoire personnelle intimement tressée à celle, violente, de son pays (seize années dans les prisons du père avant de rejoindre la révolution contre le fils). Accompagnant son apprivoisement de ce nouveau temporaire berlinois, elle arpente avec Yassin son trajet de lecteur, étroitement lié à l’expérience carcérale, et sa rencontre par les livres avec la pensée et les écrivains européens de l’après-guerre, au premier rang desquels Hannah Arendt et Walter Benjamin. Par une espèce de miracle nous ouvre ce dialogue fécond qui explore les points de résonance entre la tragédie de la Syrie et le passé de l’Europe, avec la volonté urgente de croire que la justice pourrait rendre au peuple syrien la dignité que sa révolution écrasée a tenté d’arracher, et dessiner une alternative au désespoir.


Découvrir le site de la rentrée

janvier, 2021
11.50 x 21.70 cm
336 pages


ISBN : 978-2-330-14456-2
Prix indicatif : 21.80€



Où trouver ce livre ?
Ce livre existe également en version numérique

Livre intense au cœur duquel elle a placé la voix, les mots, la pensée de cet intellectuel et écrivain, figure de l’opposition démocratique syrienne, aujourd’hui en exil à Berlin. (...) un récit singulier et exigeant, parfois ardu à force de densité - comme inspiré notamment par la grande Svetlana Alexievitch et la puissance de dénonciation de ses romans de voix. (...) Par le contexte qu’il décrit - la Syrie contemporaine, en proie à la double barbarie du régime dictatorial de la famille al-Assad et du jihadisme - et par sa forme mêlant étroitement narration et réflexion. Par une espèce de miracle s’inscrit dans la continuité de De l’ardeur, le très beau livre que Justine Augier a consacré il y a quatre ans à Razan Zaitouneh. (...) Se tenir du côté du vivant, pour l’intellectuel syrien dont Justine Augier retrace ici le parcours, de l’enfance paysanne du côté de Raqqa jusqu’à l’exil berlinois, cela a consisté à identifier, nommer et affronter le nihilisme d’un régime tyrannique dont la pérennité est fondée sur des crimes atroces.

Nathalie Crom, TÉLÉRAMA

Le sujet principal dont se saisit Justine Augier dans ce livre est déjà immense. Et elle l’élargit encore en explorant des fonds inattendus. Par sa stature intellectuelle et son parcours personnel, Yassin al-Haj Saleh est une référence pour les démocrates syriens d’abord, et plus largement pour la nouvelle libre pensée arabe. (...) Le récit progresse au rythme des conversations et des rencontres faites au cours de plusieurs allers-retours pendant une année entre Paris, où elle habite, et Berlin. Il devient parfois déroutant, surtout pour qui n’est pas familier des affaires syriennes, mais c’est ainsi qu’il ouvre de sublimes horizons. A travers la quête de son personnage, c’est tout le monde des Syriens en Allemagne que l’on découvre.

Hala Kodmani, LIBÉRATION

Par une espèce de miracle, est un portrait de l’Europe, dans ce qu’elle peut avoir de pire et de meilleur. (...) Yassin AlHaj Saleh, intellectuel dissident passé par les geôles du régime Assad, est le héros de ce second opus syrien. À travers le regard de cet exilé politique sur l’Europe et sur l’Allemagne, qu’il découvre, Justine Augier parle de nous, de nos valeurs et de nos renoncements.

Christophe Ayad, LE MONDE DES LIVRES

Livre dense, complexe, et nécessaire.

Grégoire Leménager, L'OBS

Par une espèce de miracle vous déchire le cœur aussi sûrement qu’un poignard.

Mathias Enard, FRANCE CULTURE - "LA SALLE DES MACHINES"

Le principe de Par une espèce de miracle réside dans cette rencontre entre deux individus : le premier a tout perdu, la seconde lui offre ce qu’elle a ; son admiration, son désir de comprendre, sa puissante faculté de transmettre, et avant toute chose, ce sentiment de responsabilité qu’elle éprouve d’intellectuelle dans un monde troublé.

Oriane Jeancourt, TRANSFUGE

Un récit très touchant d’une vie qui oscille entre l’espoir et la souffrance. C’est aussi une lutte pour ne pas oublier tous ces crimes et un cri qui nous rappelle que l’idée européenne est née sur un champ de ruines.

 

Constance de Bonnaventure, FRANCE 2 - "LE JOUR DU SEIGNEUR"

Un livre étonnant et bouleversant. (...) Un livre tout à fait remarquable. (...) Vous avez invité une forme de récit, à la fois autobiographique mais vous ne parlez pas de vous, vous parlez des autres par votre intermédiaire.

Laure Adler, FRANCE INTER - "L'HEURE BLEUE"

Faites connaissance avec Yassin Al-Haj Saleh et l’écriture précise et engagée de Justine Augier. Lisez Par une espèce de miracle.

Pascal Claude, RTBF - "DANS QUEL MONDE ON VIT"

Au carrefour de l’Histoire de l’intime, Justine Augier retrace l’itinéraire et te tente le portrait de Yassin Al-Haj Saleh, intellectuel syrien réfugié à Berlin, résistant et douloureux.

Thierry Cecille, LE MATRICULE DES ANGES

Par une espèce de miracle retrace avec opiniâtreté et espoir le parcours de Yassin al-Haj Saleh, intellectuel syrien exilé à Berlin.

Eve Charrin, MARIANNE

Après le remarquable De l’ardeur où elle remontait la piste de l’avocate syrienne disparue Razan Zaitouneh sans l’avoir jamais rencontrée, l’auteur campe un homme digne et meurtri qui attend une forme de consolation en cette "promesse de justice" chère à Derrida.

Guyonne de Montjou, LE FIGARO MAGAZINE

Du même auteur