fbpx Les Écrits de jeunesse de Nuno Oliveira | Actes Sud Aller au contenu principal

Les Écrits de jeunesse de Nuno Oliveira

Sous-titre
Cadence, légèreté, géométrie (1951-1956)



De 1951 à 1956, Nuno Oliveira a écrit une soixantaine d’articles concernant le cheval et l’équitation dans deux revues portugaises, Diana de 1951 à 1954, puis Vida Rural jusqu’à la fin de 1956.
Oliveira est alors autour de ses trente ans, pourtant il est déjà un écuyer accompli, il a une longue expérience. Formé à la haute école par son parent, l’ancien écuyer de la maison royale Joaquim Gonçalves de Miranda, il décide très jeune de se consacrer à l’art équestre et acquiert vite une grande réputation au Portugal.
Les articles qu’il écrit alors, qui peuvent sembler des propos à bâtons rompus, ne se départissent jamais d’une grande hauteur de vue concernant l’équitation. La plupart de ces textes sont des modèles de cette grande intelligence équestre qui était l’une des marques de sa personnalité. Ils n’étaient jusqu’à présent ni rassemblés en un unique volume, ni traduits intégralement en français.
Certains de ces articles ont été repris dans deux livres, l’un au Portugal dès 1955, Breves notas sobre uma arte apaixonante (a equitação), et l’autre en France en 1965 Réflexions sur l’art équestre, dans une traduction de René Bacharach. Aucun de ces livres ne prenait en compte l’ensemble des articles.
Le livre portugais ne reprenait pas certains des articles antérieurs, et évidemment pas ceux qui furent postérieurs, fin 1955 et en 1956. Or beaucoup de ces derniers sont d’un très grand intérêt.
Quant au livre français, il n’a pas non plus retenu l’ensemble de cette production, même s’il a largement recouru à l’ensemble des articles jusqu’à fin 1956. Mais il a laissé de côté un certain nombre de textes, et a largement réorganisé ceux qu’il a conservés, en dénaturant parfois l’intégrité du propos.
Il était donc nécessaire de proposer aux lecteurs français une version intégrale de ces textes, leur donnant l’occasion d’apprécier en particulier certains d’entre eux dont l’intérêt nous semble toujours actuel et qui pourtant dorment depuis maintenant soixante ans à l’abri des regards. Les articles consacrés aux effets diagonaux et latéraux, à l’accord des aides, par exemple, sont de véritables joyaux de littérature équestre, témoins de cette immense capacité de synthèse dont faisait preuve Oliveira vis-à-vis des débats théoriques de la discipline.
Nous présentons ici une traduction intégrale et nouvelle de ces articles, y compris pour les passages déjà traduits par Bacharach, agrémentée de quelques photographies des mêmes années.

février, 2021
14.50 x 24.00 cm
240 pages


ISBN : 978-2-330-14502-6
Prix indicatif : 23.00€



Où trouver ce livre ?
Ce livre existe également en version numérique

Du même auteur