fbpx Mouloud Feraoun | Actes Sud Aller au contenu principal

Mouloud Feraoun

Sous-titre
Un écrivain engagé


Louis GARDELPréfacier

Deux écrivains nés en Algérie, Mouloud Feraoun et son ami Albert Camus, auraient eu cent ans en 2013.

Dans cette première biographie de Mouloud Feraoun, José Lenzini s’attarde, à juste titre, sur l’enfance de l’écrivain et dresse un état des lieux de l’Algérie du début du siècle dernier, dont on s’étonne, avec le recul, qu’on ait pu proclamer que c’était la France. Qu’il suffise de rappeler la réalité de la conquête, les insurrections noyées dans le sang, les enfumages de Bugeaud, le massacre de la manifestation de Sétif au sortir de la dernière guerre.

Un miracle pourtant dans cette déréliction – le fils d’un pauvre paysan, Mouloud Feraoun, qui réussit si bien à l’école qu’il devient instituteur puis directeur. Une belle carrière professionnelle avec, pour couronnement, sa reconnaissance comme écrivain quand il publiera« Le Fils du pauvre» en 1950, peu avant le début des “événements” d’Algérie et de leur cortège d’horreurs, qui vont tout bouleverser.

Mouloud Feraoun, évidemment, n’aura pas à choisir son camp. Cet homme de culture, amoureux inconditionnel des lettres françaises, cet écrivain algérien de langue française, auteur de «La Terre et le Sang», des «Jours de Kabylie», des «Chemins qui montent», de «Si Mohand»… ne reniera pas ses origines. Ce qui ne l’empêchera pas, après avoir dénoncé la répression féroce de l’armée française, de critiquer certaines pratiques des rebelles, avec qui on sait aujourd’hui qu’il était en contact au plus haut niveau ; tout ce dont témoignera son «Journal».

Jusqu’au bout, sans tapage, avec un courage tranquille, Mouloud Feraoun sera “engagé”. Refusant d’accepter de De Gaulle en personne un poste prestigieux, il répondra en revanche aux sollicitations de son amie Germaine Tillion et s’occupera des Centres sociaux, un projet socio-éducatif pour les plus démunis – les ruraux appauvris et les habitants des bidonvilles.

C’est cette dernière fonction et sa notoriété d’écrivain qui lui vaudront, avec cinq de ses collègues, d’être assassiné à Alger, en 1962, par un commando de l’OAS, le jour même de la signature des accords d’Évian mettant fin officiellement à la guerre d’Algérie.

mai, 2013
14.50 x 24.00 cm
384 pages


ISBN : 978-2-330-01951-8
Prix indicatif : 25.00€



Où trouver ce livre ?
Ce livre existe également en version numérique

L'auteur de La Terre et le sang, dont la vie épousa toutes les complexités de l'Algérie française, méritait une biographie, que le journaliste José Lenzini a menée avec allant et rigueur.

Julie Clarini, Le Monde des Livres

Dans sa belle biographie de Feraoun, José Lenzini…raconte que le chef du commando d'assassins, qui vit toujours, parade dans une ville de la Côte d'Azur où il est le premier adjoint au maire. Et qu'il n'a pas voulu répondre aux questions du biographe de sa victime. Dommage. On aimerait savoir ce que, cinquante ans plus tard, il demeure comme traces, dans la conscience d'un tueur, d'un tel crime. Remords ? Regret ? Honte ? Fierté ?

Bruno Frappat, La croix

José Lenzini n'a cessé d'écrire sur l'Algérie et le conflit qui mènera à son indépendance… Cette biographie retrace le parcours de celui qui fut abattu par l'OAS quatre jour avant la fin de la guerre, alors qu'il travaillait pour les célèbres centres sociaux de l'anthropologue Germaine Tillon.

Oliver Doubre, Politis

Du même auteur

Dans la même collection