Aller au contenu principal

Beyrouth 2020

Sous-titre
Journal d'un effondrement


Au début de l’été 2020, dans un Liban ruiné par la crise économique et l’inflation, dans un Beyrouth épuisé qui se soulève pour une vraie démocratie alors que le monde est pétrifié par le coronavirus, Charif Majdalani entame la rédaction d’un journal. Il entend témoigner de cette période terrible et déroutante, la confronter à son expérience, à ses réflexions et à ses émotions – peut-être aussi espère-t-il la supporter grâce à l’écriture.

Cette chronique de l’étouffement et de l’effondrement, non dénuée d’une paradoxale légèreté, se trouve percutée le 4 août par l’explosion dans le port de la ville de 2 750 tonnes de nitrate d’ammonium. Devenu témoignage du cataclysme, ce récit très sensible aux détails du quotidien dresse le portrait d’une cité stupéfiée par la violence de sa propre histoire, dont les habitants chancellent puis se redressent, jouets d’un destin aussi hasardeux que cruel.

octobre, 2020
11.50 x 21.70 cm
160 pages


ISBN : 978-2-330-14369-5
Prix indicatif : 16.80€



Où trouver ce livre ?

« Un récit assez terrifiant… où on comprend de l’intérieur ce que vivent les Libanais. »

Patricia Loison, FRANCE INFO TV

« Charif Majdalani livre un précieux témoignage sur la vie quotidienne au Liban durant l’été 2020, alors que les catastrophes s’accumulent. »

Sylvie Tanette, LES INROCKUPTIBLES

Il faut lire le récit sobre et amer d’un  écrivain qui ne peut plus contenir sa colère.

Didier Jacob, L'OBS

Terrible récit, aussi poignant que douloureux, d’un gigantesque gâchis dont on ne mesure pas encore toutes les conséquences, ce journal est aussi l’autoportrait sincère et juste d’un citoyen libanais qui a choisi de faire de sa colère un objet littéraire.

Didier Jacob, BIBLIOBS

Un livre à la fois bouleversant et très informé sur le plan historique.

Laure Adler, FRANCE INTER - "L'HEURE BLEUE"

Un journal de catastrophe et de deuil.

Mathias Enard, FRANCE CULTURE - "LA SALLE DES MACHINES"

Voici un livre important, qui tient du document autant que de la littérature.

Sabine Audrerie, LA CROIX

C’est un texte court, qui frappe au coeur, sans détour.

Gaëtane Morin, LE PARISIEN WEEK-END

Un livre d’une rare acuité.

Damien Aubel, TRANSFUGE

Dystopie d’un pays réel qui creuse le trou de sa propre disparition, Beyrouth 2020 de Charif Majdalani accompagne le sort des Libanais.

Sophie Creuse, L'ÉCHO

Du même auteur