Aller au contenu principal

Une minute quarante-neuf secondes


Une minute quarante-neuf secondes raconte une histoire collective et son atomisation instantanée ultraviolente. C’est le récit intime et raisonné d’un événement tombé dans le domaine public : l’attaque terroriste contre Charlie Hebdo le 7 janvier 2015.

À travers le solitaire trajet de l’impossible retour à l’impossible normale, Riss tente de se réapproprier son propre destin, de réhabiter une vie brutalement dépeuplée, et apprivoise l’inconfortable légitimité du rescapé qui se soustrait à sa stricte condition de victime, le choc impensable du massacre idéologique, le scandale d’une rééducation qui mêle douleur, perte, deuil, révolte et rage.

“Il est impossible d’écrire quoi que ce soit” : ce sont les premiers mots de ce livre, magistralement démentis, avec une probité et un courage intellectuel rares. “Comment être à la hauteur de ce qui nous est arrivé ?” : c’est l’insoluble obsession qui accompagne jour après jour son auteur. Question qui nous engage, nous autres lecteurs à qui, aussi, en un sens, Charlie Hebdo est arrivé.

octobre, 2019
11.50 x 21.70 cm
320 pages
Coédition Les Editions Rotative


ISBN : 978-2-330-12716-9
Prix indicatif : 21.00€


Où trouver ce livre ?
Ce livre existe également en version numérique

Quand un livre vous a-t-il fait pleurer pour la dernière fois ? Nous, c’est lorsqu’on a lu Une minute quarante-neuf secondes, signé Riss. [...] Un récit rageur et tendre, un brûlot politique à lire comme un manuel de liberté [...] Un cheminement philosophie et intime. Mais Une minute quarante-neuf secondes est aussi – beaucoup – un livre de combat contre les assassins et ceux qui recherchent l’apaisement dans la lâcheté.

Etienne Gernelle et Christophe Ono-dit-Biot, Le Point

Son récit est un match de boxe, une résistance. Riss tente d’être au plus près de la lucidité afin de faire passer un petit quelque chose de la vérité [...] Le rapport au temps, celui qui passe trop lentement sous les balles des terroristes et celui qui passe trop rapidement quand on doit renaître pas à pas, est au centre de l’histoire. L’écriture évite tout lyrisme. Le récit est architecturé et articulé. Y voir clair dans la nuit [...] Riss raconte l’aventure humaine d’un journal satirique indépendant et sans publicité ; les répercussions d’un crime politique contre des journalistes afin de les empêcher d’exprimer leurs convictions ; le passé, le présent, l’avenir d’un homme dont l’univers s’est soudainement rétréci

Marie Laure Delorme, Le Journal du Dimanche

Un livre aussi personnel que politique.

Claire Thevenoux, Ouest-France

Laurent Sourisseau, alias Riss, n’a pas trempé sa plume dans l’eau tiède. Dans Une minute quarante-neuf secondes, ce grand gars solitaire, moine soldat introverti, décrit une solitude absolue… Riss, t’es pas tout seul !

Anne-Sophie Mercier, Le Canard Enchainé

Le texte est écrit avec les tripes, des entrailles dévastées par le chagrin, l’absence, la perte, les remords et la rage d’un survivant.

Jérôme Lefilliâtre, Libération

Dans Une minute quarante-neuf secondes, un livre tendre et rageur, Riss écrit le récit d’un chaos.

Anne Fulda, Le Figaro

Un livre de combat pour les idéaux.

Yann Barthès, TMC Quotidien

Un récit empreint d’émotion et de fureur.

Nedjma Van Egmond, Marianne

Un témoignage bouleversant qui parle de notre société et de notre rapport à la liberté d’expression.

Serge Hartmann, Les Dernières Nouvelles d’Alscace

Livre événement [...] Témoignage incisif et glaçant sur l’avant, le pendant et l’après d’un acte de barbarie qui a changé nos vies à toutes et tous [...] Un livre très important.

Augustin Trapenard, France Inter

Du même auteur