Aller au contenu principal

Sankhara



Ce matin de septembre 2001, Hélène quitte sa maison, son mari, ses jumeaux de cinq ans, et ne laisse qu'une lettre annonçant son retour une dizaine de jours plus tard. Elle prend le train pour la campagne, où se déroule un stage de méditation. Elle part se confronter à un mode de pensée dont elle ne sait rien, où le silence est imposé telle une lente plongée en soi-même.
Pendant ce temps, Sébastien, son mari qui ne sait rien de cette quête bascule vers la colère, la jalousie, le doute et l'épuisement. Une réaction prévisible dans une telle situation d'abandon. Journaliste à l'AFP, cet homme doit néanmoins continuer, tenir le rythme, son rôle, sa place. S'accommoder plus que jamais du manque d'investissement, d'analyse, de temps et de discernement de la presse, cette gangrène du métier qu'il ne découvre pas mais qui, dans le chaos de sa vie intime, lui paraît inacceptable.
Frédérique Deghelt explore de livre en livre la question du destin inéluctable ou choisi. Elle entrelace ici le plus intime au plus politique des engagements humains, interroge ce que l'individu peut espérer trouver en lui de ressources et de conscience, pour tenter de voir, de penser et de dire le monde sans être abusé par la conformité. À partir de là, tout peut advenir.

janvier, 2020
11.50 x 21.70 cm
400 pages


ISBN : 978-2-330-12994-1
Prix indicatif : 21.80€



Où trouver ce livre ?
Ce livre existe également en version numérique

En lisant cette histoire douce-amère, vous ne vous purifierez peut-être pas par l’observation d’Hélène, mais retrouverez sûrement certains des fils qui nous meuvent et des situations et pensées qui nous assaillent dans les moments difficiles de nos amours. 

Gilles Chenaille, MARIE CLAIRE

On s’introduit dans la tête des personnages, qui évoquent leurs tourments, et l’on découvre de l’intérieur les effets de la méditation profonde qui transformera l’héroïne. Un roman éclairant sur la fugue maternelle et le retour à soi. 

Ariane Bois, PSYCHOLOGIES MAGAZINE

Frédérique Deghelt construit ici son récit à la manière d'un miroir afin de plonger dans le libre arbitre de chacun chahuté par les événements extérieurs. L'auteure se penche aussi sur la notion de bien-être personnel, prôné dans nos sociétés occidentales, face à la folie collective.

Virginie Jannière, CNEWS.FR

Au-delà de la question de l'amour et de sa pérennité, Sankhara nous parle d'impermanence et interroge la perception de la réalité. 

YOGA MAGAZINE

Pendant les dix jours de cette séparation, Frédérique Deghelt (…), comme en split-screen, met en scène les questionnements et les doutes de ces deux êtres en crise qui

tentent de « voir les choses telles qu'elles sont réellement » pour reconquérir une liberté qu’ils se sont inconsciemment confisquée. 

Véronique Cassarin-Grand, L'OBS

Frédérique Deghelt tisse une histoire intense et magnétique autour d’un couple en crise. (…). Silence et chaos se font face dans cette comédie sentimentale pas si banale.

Choix de la libraire, LE PARISIEN WEEKEND / AUJOURD'HUI EN FRANCE WEEKEND

Un livre qu’on dévore ! 

FRANCE BLEU BESANÇON

Frédérique Deghelt, qui a été journaliste, écrit quelques pages intenses sur la façon dont la rédaction de l’AFP vit les terribles attaques des Twin Towers. Une occasion de mettre en abîme l’actualité et son empreinte mentale sur les individus. Son « sankhara ». Tout se déroule, dans le récit, autour de cet« extrêmement lié » (pour reprendre l’expression de Montesquieu) qui agrège le visible et l’invisible. 

Frédérique Deghelt, dans cette écriture poétique, douce et forte à la fois, qui la caractérise, fait avancer ses deux personnages en parallèle. On ne pressent rien de l’épilogue. Sauf que ces deux-là, désormais, marcheront debout. 

Isabelle de Montvert-Chaussy, SUD-OUEST

Frédérique Deghelt a le sens de la formule complice et une fluidité de style qui font qu’on s’embarque avec bonheur dans cette passionnante quête de soi.

Isabelle Bourgeois, AVANTAGES

Ce livre « oppose le temps hors temps à l'actualité chronophage, la profondeur de la découverte de soi à l'hystérie des conditionnements de l'époque », explique l'autrice.

Un roman d’une grande profondeur. 

Agathe Lebelle, HAPPINEZ