Nouvelles triestines | Actes Sud
[Actes Sud] Littérature
Lettres italiennes

Juin 2019 / 11,5 x 21,7 / 176 pages

traduit de l'italien par : Marguerite POZZOLI
ISBN 978-2-330-12156-3
prix indicatif : 19, 50€


Où trouver ce livre ?
|

Ce livre existe également en version numérique

Nouvelles triestines

Giorgio PRESSBURGER

Peu de villes sont aussi littéraires que Trieste, qui a hébergé des auteurs illustres comme Italo Svevo, Umberto Saba ou James Joyce. Pour saisir l’âme fragmentaire de cette ville-frontière, Giorgio Pressburger a délaissé les monuments célèbres, leur préférant des quartiers moins connus et des personnages à la fois obscurs et emblématiques : Frau Musika, une vieille dame professeur de piano, en butte à un voisinage trop bruyant, l’ingénieur Taussig, commerçant amateur de peinture, qui lèguera tous ses biens à sa femme de ménage, ou d’autres figures représentatives de Trieste, où l’imaginaire et le réel se mêlent indissolublement. Les sept nouvelles de ce recueil constituent donc une invitation à découvrir, selon les termes de l’auteur, “l’un des aspects les plus fascinants de cette ville : elle est elle-même un monument à la discrète, paresseuse, turbulente, malheureuse et joyeuse humanité.”

Nouvelles triestines

Nouvelles triestines

Jean-François Mézil, lacauselitteraire.fr

« Est-ce encore la bora qui souffle entre les phrases et les fait dériver vers le fantastique ? Elles retiennent souvent une part de mystère comme si, sur la fin de chaque nouvelle, le vent se retirait en emportant la suite.  »


Déborah D’Aietti, L’Italie à Paris

« Giorgio Pressburger pose un univers singulier avec des personnages en quête de liberté, de confusion, de vengeance et plus encore, de sens.  »


Veneranda Paladino, DNA

« Sept récits, chefs-d’œuvre de bizarrerie et d’humour noir, avec une adresse particulière au lecteur.  »


Thierry Guinhut, Le Matricule des anges

« Le bouquet de nouvelles est âcre et tendre, satirique et pathétique, amusant comme l’absurde. [...] Le recueil est souverain et entraînant, tendu entre réalisme sordide et comique irrésistible.  »


Christian Authier, Figaro Magazine

« De lieux célèbres (le café Tommaseo) à d’autres plus intimes qu’il donne envie de découvrir, l’auteur de La Neige et la Faute nous fait rencontrer des personnages fantasques, imprévisibles, attachants. [...] La musique, la peinture, mais aussi les mythes et les légendes ont leur mot à dire dans ces pérégrinations cocasses ne dédaignant pas l’humour.  »


Véronique Cassarin-Grand, L'Obs

« Dans un style aux accents sveviens, il met en scène quelques spécimens de cette humanité aux prises avec un destin dont elle cherche avec une vaine persévérance l'issue.  »


Pierre Ahnne, Eklablog

« De page en page, le réel supposé originaire s’estompe, y compris celui de la cité adriatique. Et c’est peu à peu une ville fantastique, de toile et de papier, plus vraie que l’autre, qui la remplace…  »


Sylvie Tanette, Les Inrockuptibles

« Ces délicieux contes absurdes et graves confrontent des personnages excentriques à leurs obsessions. [...] Pressburger nous invite dans une Trieste éternelle […] une ville où, sous sa plume, l’étrange côtoie la trivialité quotidienne. [...] Ces textes suggèrent tous les drames du XXe siècle, mais la vie et l’humour les irradient, de façon souvent inattendue.  »



Association du méjan

Actes Sud newsletter

Inscription à la newsletter :

newsletter