fbpx Les Silences d'Ogliano | Actes Sud Aller au contenu principal

Les Silences d'Ogliano



La fête bat son plein à la Villa rose pour la célébration de fin d’études de Raffaele, héritier de la riche famille des Delezio. Tout le village est réuni pour l’occasion : le baron Delezio bien sûr ; sa femme, la jeune et divine Tessa, vers laquelle tous les regards sont tournés ; César, ancien carabinier devenu bijoutier, qui est comme un père pour le jeune Libero ; et bien d’autres. Pourtant les festivités sont interrompues par un drame. Au petit matin, les événements s’enchaînent. Ils conduisent Libero sur les hauteurs de l’Argentu au péril de sa vie.
Situé au cœur d’un Sud imaginaire, aux lourds secrets transmis de génération en génération, "Les Silences d’Ogliano" est un roman d’aventures autour de l’accession à l’âge adulte et des bouleversements que ce passage induit. Un roman sur l’injustice d’être né dans un clan plutôt qu’un autre – de faire partie d’une classe, d’une lignée plutôt qu’une autre – et sur la volonté de changer le monde. L’ensemble forme une fresque humaine, une mosaïque de personnages qui se sont tus trop longtemps sous l’omerta de leur famille et de leurs origines. Placée sous le haut patronage de l’"Antigone" de Sophocle, voici donc l’histoire d’Ogliano et de toutes celles et ceux qui en composent les murs, les hauts plateaux, les cimetières, les grottes, la grandeur.

janvier, 2022
11.50 x 21.70 cm
208 pages


ISBN : 978-2-330-16125-5
Prix indicatif : 19.50€



Où trouver ce livre ?
Ce livre existe également en version numérique

Ogliano n’existe pas. Nés sous la plume d’Elena Piacentini, les lieux semblent pourtant étrangement familiers, tant la tragédie dont ils sont le décor résonne avec la part de bien et de mal que chacun porte en soi. En écho à l’Antigone de Sophocle, Les silences d’Ogliano explore l’injustice qui frappe tout nouveau-né, héritier involontaire d’une lignée maudite ou bénie des dieux. […] Elena Piacentini vient du polar et l’atmosphère moite de mystères de son récit en témoigne, de même que les indices distillés au fil de ce roman d’aventures où rien n’est vrai mais où tout sonne pourtant terriblement juste. « L’œuvre de l’homme n’est pas détruite par la mort » augure dès les premières pages le prêtre d’Ogliano, et ses mots vibrent comme une énigme que tous les amoureux de fiction pure se délecteront à déchiffrer

Laëtitia Favro, LIVRES HEBDO LE MAGAZINE

Porté par une plume flamboyante, ce très beau roman voit violence et sensualité, poids des secrets et quête d’identité s’affronter jusqu’à ce que les armures se fendent. 

Emmanuelle de Boysson, VERSION FEMINA

Honneur, fidélité, lutte ancestrale des classes et des clans. Un régal. 

Nathalie Six, AVANTAGES

Elena Piacentini, auteure de polars, passe au roman d’aventures et de formation et tisse une intrigue tendue et complexe où les tentatives d’anticipation du lecteur sont adroitement orientées et déjouées. Sa langue, précise et évocatrice, saisit la beauté sauvage des paysages avec autant de finesse que les nuances psychologiques de personnages qui luttent pour s’émanciper de la tradition ancestrale de vengeance et d’omerta en terres mafieuses et qui parfois, courageusement, y parviennent. 

Véronique Cassarin-Grand, L'OBS

Un premier roman en littérature blanche, porté par une écriture ciselée et libre nous entraînant au cœur d’une Méditerranée profondément corse, évoquant des personnages complexes et attachants, sur les secrets de famille, de la société. Un livre sur l’intime qui s’insère parfaitement dans l’immensité d’une nature dominée par le minéral. À la fois regard sociologique et polar dans ce qui pourrait être un western antique !

Dominique Landron, CORSE MATIN

Une atmosphère oppressante, qui n’a rien à envier à celle d’une tragédie antique. 

Anne-Marie Mitchell, LA MARSEILLAISE

En trois pages, le tableau est posé. Ce sera une tragédie. Une vigne vierge fanée, la voix des absents, le vol onduleux d’une chevêche. Et les persiennes dégondées de la Villa rose dont la splendeur d’antan a été dévorée par les ronces. Elena Piacentini est corse, mais son univers embrasse tout ce sud méditerranéen grillé par le soleil et alourdi par un art éblouissant du secret. 

Elena Piacentini impose magistralement Les Silences d’Ogliano parmi les meilleurs ouvrages de cette rentrée de janvier. […] L’histoire est portée par un souffle poétique magique, par une maîtrise spontanée de la mécanique du « chjama è rispondi », une sorte de rime intérieure au récit […] C’est beau, lumineux […] 

Anne Quéméneur , SUD-OUEST

Du même auteur