Aller au contenu principal

Les Inconsolés



Entre Lise et Louis, la rencontre produit des étincelles dignes des romans et des films que la jeune fille, rétive aux renoncements de l'âge adulte, confond parfois avec la vie. Leur histoire - le premier amour - se déroule tel un conte. Mais comme dans un conte, elle est rapidement minée par la petite musique de l'enfance mal aimée, le refrain des rapprochements impossibles, des différences infranchissables. Et bientôt la nuit des malédictions envahit le rose des rêveries romantiques.
Nimbé d'un mystère qui de page en page s'épaissit, Les Inconsolés est une histoire de fantômes et de vengeance, où l'on retrouve le talent délicat et têtu de Minh Tran Huy pour la navigation de l'eau qui dort - dont chacun sait qu'il faudrait s'en méfier.
Il y a l'élan vers l'amour fou, l'irrésistible faim d'aimer - et d'être aimé, enfin -, les blessures de l'enfance, le poids des origines et les émerveillements de la jeunesse. Il y a aussi cette manière toute personnelle, à la fois sincère et ironique, de pousser les clichés jusqu'à leur paroxysme, jusqu'à en extraire toute la vérité, en révéler le tranchant, les dangers.
Entre thriller romantique et conte de fées cruel, ligotant l'une à l'autre naïveté et lucidité, le nouveau roman de l'auteur de La Double Vie d'Anna Song nous livre aux vénéneux tentacules du malentendu.

janvier, 2020
11.50 x 21.70 cm
320 pages


ISBN : 978-2-330-13069-5
Prix indicatif : 21.50€



Où trouver ce livre ?
Ce livre existe également en version numérique

Une écriture envoûtante. 

Martine Freneuil, LE QUOTIDIEN DU MÉDECIN

Ce quatrième et envoûtant roman de Minh Tran Huy flirte habilement avec le rêve et la réalité, le moderne et le classique, pour dessiner une trame dont nul héros ne sortira indemne.

Jessica Nelson, POINT DE VUE

L'enchantement opère, sur le lecteur aussi, mais on le sait déjà : le réveil sera brutal. Car, à trop courir les châteaux hantés, on risque de devenir fantôme, surtout quand une fée Carabosse vient obscurcir la romance, la faisant osciller de façon poétique entre chimère et thriller authentique. 

Anne Berthod, LA VIE

Pour ce quatrième roman très abouti au style superbe, Minh Tran Huy emprunte au thriller et au fantastique. On se laisse envoûter par ce conte cruel empreint d’un romantisme noir. Dans lequel les fantômes livrent bataille contre l’oubli.

Claire Julliard, L'OBS

Il paraît que les histoires d’amour finissent mal en général, mais Minh Tran Huy croit-elle aux refrains populaires ? II y a du suspense dans l’air dans ce conte de fées à la beauté vénéneuse. Le ver est dans le fruit... Qui sera le plus inconsolable ? Le lecteur, à la fin du livre, obligé de quitter cette belle histoire qui nous a émus.

Bernard Babkine, MADAME FIGARO

Avec Les Inconsolés, Minh Tran Huy écrit un conte d’amour moderne, empreint de légendes, de rêves et de littérature. 

La force de Minh Tran Huy est de mettre à mal la lucidité qu’engendrerait la fréquentation des livres. Car, comme toujours chez cette écrivaine rare et précieuse, il n’est pas tant question de la vie vécue que des rêves qui la rendent réelle, et nous permettent de la revisiter, de la réinventer. Encore et encore. 

Gladys Marivat, LIRE

Entre histoire d’amour passionnel et conte de fées cruel, Minh Tran Huy nous livre un roman à deux voix, entrelacé de mystères. 

Émilie Huynh, KOÏ MAGAZINE

Dans un récit à deux voix qui se plaît à nous perdre dans les méandres de l'âme humaine tout en nous révélant les épisodes glorieux ou traumatiques des amours de Lise et Louis, Minh Tran Huy explore avec une vérité parfois dérangeante, caricaturale mais toujours juste, les ressorts de nos sentiments les plus impalpables, de nos désirs les plus profonds, de nos actes les moins irréparables. Entre secrets et mystères, entre amour et haine, désir et volonté, pardon et regrets, conquête et soumission, elle passe le mur des apparences et du clair-obscur, pour révéler la vérité, crue, des êtres.

Blandine Hutin-Mercier, LA MONTAGNE, LE POPULAIRE DU CENTRE, LE BERRY RÉPUBLICAIN, LA RÉPUBLIQUE DU CENTRE, LE JOURNAL DU CENTRE

L’auteure brosse un portrait juste et cruel de cet éternel fossé entre les nantis et les autres. 

Éliane Girard, PRIMA

Avec sa langue de conteuse qu'on lui connaissait déjà, Minh Tran Huy analyse une passion absolue de corps et d'esprit, ensorcelante, avant de devenir toxique et dramatique. Une prose pleine de grâce qui fait mouche, emporte et bouleverse. 

Nathalie Six, AVANTAGES

Du même auteur