Aller au contenu principal

L'Enfant des ténèbres


1933-1934... Après le désastre de la Grande Guerre, un crépuscule tragique s'annonce, dont peu anticipent les menaces... Vingt ans ont passé depuis Dans la main du diable et Camille Galay, la petite Millie d'alors, débarquée de New York, erre dans Paris, la ville de son enfance, hantée par la mort de son ami Jos, un photographe hongrois qu'elle a suivi jusqu'en Alabama, et à qui elle a promis de rapporter à Budapest un certain étui de cuir rouge...
De toute l'Europe convergent des personnages qui s'ignorent encore, bientôt emportés, sous le double sceau de l'amour et du crime, dans une même aventure qui a pour théâtre les villes modernes, sur les murs desquelles revenants et spectres projettent leurs ombres fantastiques. Dans les chancelleries, dans les gares aussi bien que dans les plus luxueux palaces, au bord du lac de Constance ou de Genève, en Toscane, dans un immeuble ouvrier de Berlin, dans une maison abandonnée des Fagnes de Belgique, jusque dans le grenier de la demeure ancestrale du Mesnil, dans ses bois d'automne, c'est une chasse à l'homme qui s'engage.
Car il y a un petit bureau des morts dans l'horreur de la guerre, où chacun a rendez-vous avec soi, avec l'Histoire. Il y a un pont à traverser pour affronter les fantômes du passé, et ceux du présent, pour apprendre que fictions du réel et cauchemars ont une réalité, dont chacun doit être témoin. Enfants des ténèbres, les monstres n'ont peut-être pour visage que celui du plus familier, du plus anonyme des êtres...
Après Dans la main du diable, Anne-Marie Garat poursuit, avec L'Enfant des ténèbres, une ambitieuse traversée du siècle, confrontant tourments individuels et destinées sentimentales à la rémanence du Mal, dont elle questionne l'inscription dans le temps long de l'Histoire.

Auteur d'une oeuvre littéraire de tout premier plan, Anne-Marie Garat a obtenu le prix Femina pour son roman Aden (Le Seuil, 1992) et conquis un large public avec Dans la main du diable, paru en 2006 chez Actes Sud (Babel n° 840), où elle a également publié de nombreux titres, dont Les Mal Famées (2000; Babel n° 557) et Nous nous connaissons déjà (2003 ; Babel n° 741).

avril, 2008
14.50 x 24.00 cm
656 pages


ISBN : 978-2-7427-7410-4
Prix indicatif : 24.40€



Où trouver ce livre ?
Ce livre existe également en version numérique

Une œuvre majeure, une saga familiale, avec des personnages inoubliables, des situations passionnantes, des secrets de famille, des paysages pleins d'échos, des atmosphères. Un roman qui ne vous lâche plus, une œuvre qui prend une ampleur balzacienne. (…) Aussi beau que le premier, pris dans le même élan, ce deuxième volume est placé sous la grande ombre tutélaire de Virginia Woolf. On attend la suite.

Catherine David, Le Nouvel Observateur

Tout en nouant son intrigue, Anne-Marie Garat ne perd de vue ni l’art, ni l’Histoire. Elle aiguise l’œil et la conscience. Ce qui augmente encore le plaisir de lecture. Si bien qu’on attend la suite, deux autres volumes : un dans l’après-mai 68, l’autre à la fin du XXe siècle.

Daniel Martin, La Montagne

Les prochaines semaines, vous n’y serez pour personne, plongés sur le fleuve Garat, dévorant L’Enfant des ténèbres avec délectation !

Alexandre Fillon, Madame Figaro

Une romancière qui sait entraîner ses lecteurs dans un tourbillon romanesque étourdissant. Du grand art.

Christine Rousseau, Le Monde

Un roman fleuve comme on les aime. Ambitieuse, prodigieuse, généreuse… les épithètes ne manquent pas pour qualifier cette fresque brossée par une main experte.

Alexandra Lemasson, Atmosphères

Avec L’Enfant des ténèbres, Anne-Marie Garat réinvente le mélodrame, dépoussière le roman historique, réactive le feuilleton.(…) Si le projet est pharaonique, le résultat est enthousiasmant.

Christine Ferniot, Télérama

Anne-Marie Garat fait partager à son lecteur sa jubilation de la description qui ne lésine sur aucun détail. Un roman ébouriffant.

Aliette Armel, Le Magazine littéraire

L’enfant des ténèbres, c’est le miracle renouvelé d’une écriture flamboyante, esquissant mot à mot, pas à pas, les destinées sentimentales de personnages attachants pris dans les tourmentes de l’Histoire et confrontés encore et toujours à « la main du diable ».

Bertrand Deschamps, Librairie La Procure pour La Croix