fbpx Le Grand Vertige | Actes Sud Aller au contenu principal

Le Grand Vertige



Pionnier de la pensée écologique, Adam Thobias est sollicité pour prendre la tête d’une “Commission internationale sur le changement climatique et pour un nouveau contrat naturel”. Pas dupe, il tente de trans former ce hochet géopolitique en arme de reconstruction massive. Au cœur du dispositif, il crée le réseau Télémaque, mouvant et hybride, constitué de scientifiques ou d’intuitifs, de spécialistes ou de voyageurs qu’il envoie en missions discrètes, du Pacifique sud à la jungle birmane, de l’Amazonie à Shanghai... Tandis qu’à travers leurs récits se dessine l’encéphalogramme affolé d’une planète fiévreuse, Adam Thobias conçoit un projet alternatif, novateur, dissident.

Pierre Ducrozet interroge de livre en livre la mobilité des corps dans le monde, mais aussi les tempêtes et secousses qui parcourent notre planète. Sa narration est vive, ludique, rythmée. Elle fait cohabiter et résonner le très intime des personnages avec les aspirations les plus vastes, la conscience d’un pire global, d’une urgence partagée. Le grand vertige est une course poursuite verticale sur une terre qui tourne à toute vitesse, une chasse au trésor qui, autant que des solutions pour un avenir possible, met en jeu une très concrète éthique de l’être au monde. Pour tous, et pour tout de suite.

août, 2020
11.50 x 21.70 cm
368 pages


ISBN : 978-2-330-13926-1
Prix indicatif : 20.50€



Où trouver ce livre ?

Inattendu, d’une écriture sensuelle et amoureuse de la géographie, ce roman explore les enjeux et défis de la modernité, et raconte l’urgence d’inventer une nouvelle « éthique nomade ».

Isabelle Potel, MADAME FIGARO

On le lit d’une traite.

Thierry Daniel, FRANCE BLEUE SAVOIE

C'est l'écrivain qui monte.

Léonard Billot, LES INROCKUPTIBLES

Le grand vertige de Pierre Ducrozet fait partie de ce corpus grandissant de « fiction climatique » et répond à cette nécessité de récits forts sur les transformations en cours.

Feya Dervitsiotis, EN ATTENDANT NADEAU

Le grand vertige, le très attendu nouveau livre de Pierre Ducrozet, tient sa promesse : à mi-chemin entre roman d'espionnage haletant et pamphlet anthropocène.

VANITY FAIR

C’est exaltant, prenant et l’on en profite pour en apprendre beaucoup sur l’état de la planète.

SO GOOD

Un roman prenant, entre collapsologie, rêve de jours meilleurs et tentations de désillusions.

L'APPEL

Cette écofiction, qui n’est pas un roman d’anticipation mais se situe bien aujourd’hui, n’en est que plus saisissante. Alliant politique et aventure, portée par une écriture vertigineuse, elle relie Jules Verne et Cyril Dion.

Hubert Artus, CAUSETTE

Un roman d’une grande densité sur le legs miteux fait aux jeunes générations, une humanité devenue son propre bourreau, un rapport au monde à réinventer dans son entièreté. Vite. Très vite.

ZIBELINE

Une cartographie du monde d’aujourd’hui.

Thierry Daniel, FRANCE BLEUE SAVOIE

Dans un rythme captivant, Pierre Ducrozet sonne le tocsin à toute volée.

Antoine Perraud, LA CROIX

On est entre Jules Verne et John le Carré.

Christophe Daniel, EUROPE 1 - "LA VOIX EST UN LIVRE"

Abrasif et total, engagé, enragé et stimulant ; à la fois saga écolo-humaniste, roman d'aventure, d'amour et polar ; naviguant entre réalité et fiction, passé proche et présent, ce livre est une gifle au visage du compromis et du relativisme.

Marine de Tilly, LE POINT

Dans ce cinquième opus qui parle notamment d’écologie, la fusion entre l’écriture de Pierre Ducrozet et son amour du voyage atteint son point d’épanouissement parfait.

Isabelle Potel, AIR FRANCE MADAME

C’est palpitant. (...) C’est très réussi.

François Busnel, FRANCE 5 - "LA GRANDE LIBRAIRIE"

Pierre Ducrozet avait montré, dans ses quatre romans précédents, l’étendue de son talent. Il élargit encore sa palette avec celui-ci.

Jean-Claude Vantroyen, LE SOIR

Comme dans L’invention des corps, Pierre Ducrozet part d’un angle large, là c’était le transhumanisme, ici la lutte contre la destruction de la nature, pour privilégier en réalité le véhicule de personnages hors-norme. (...) La puissance du roman se tient dans l’espèce de quête physique, charnelle et existentielle des êtres aimantés par le projet Thobias.

Frédérique Roussel, LIBÉRATION

Dans Le grand vertige (Actes Sud, 2020), son nouveau roman, Pierre Ducrozet met en scène la lutte contre le réchauffement climatique et s'interroge, en creux, sur la meilleure manière d'habiter le monde au XXIe siècle. Le tout à travers une galerie de personnages incarnant à merveille les tensions générationnelles et idéologiques du moment. Entretien avec un homme de son temps. 

Blaise Mao, USBEK & RICA

Trois ans après L’Invention des corps , Pierre Ducrozet offre un nouveau chapitre à son étude des dérèglements contemporains et déploie une fiction toujours plus impressionnante d’ambition et de modernité. Vertigineux. 

LES INROCKS

On comprend donc que l’écologie n’est ni un thème du grand vertige ni son prétexte mais bien la matière d’un récit qui nous saisit et nous séduit, c’est-à-dire nous mène ailleurs, traversant les siècles et les continents, dans un immense et fiévreux élan romanesque.

Christine Marcandier, DIACRITIK

Du même auteur