Le Garçon dans l'ombre | Actes Sud
Actes Sud Littérature
Lettres anglo-américaines

Avril, 2016 / 11,5 x 21,7 / 352 pages

traduit de l'anglais par : Gilbert COHEN-SOLAL
ISBN 978-2-330-06104-3
prix indicatif : 22, 00€


Où trouver ce livre ?
|

Ce livre existe également en version numérique

Le Garçon dans l'ombre

Neil BARTLETT

Londres, 1952, année du couronnement d’Elizabeth II. Le jeune Reggie Rainbow, au corps déformé par une polio contractée dans l’enfance, travaille comme homme de l’ombre pour Mr Brookes, aussi talentueux prestidigitateur que détestable individu. Introverti et solitaire, Reggie, qui a en horreur la commisération que suscite son infirmité, ne survit qu’en se raccrochant à l’idée que sa mère veille sur lui, du fond d’un introuvable cercueil.
Les temps sont durs pour le music-hall, et le despotique Mr Brookes, menacé d’avoir à réduire son train de vie de dandy, accepte avec soulagement la proposition que lui fait un théâtre de Brighton de l’engager pour la saison estivale. Il recrute à cet effet une nouvelle assistante, Pamela Rose, très indépendante d’esprit et néanmoins capable de se plier à l’effrayante discipline exigée par les numéros du maître. Entre les deux souffre-douleur de l’illusionniste s’instaure bientôt une solidarité qui permet à Reggie de mieux supporter les affres d’une homosexualité inavouée et particulièrement difficile à assouvir dans cette venteuse et crépusculaire ville de bord de mer, où les deux complices vont concocter au magicien quelques surprises de leur cru au moins égales à celles que leur maître aime réserver à son bien-aimé public.
Illusions, disparitions, jeux de miroirs, à la scène comme à la ville, fantasmes démultipliés : dans ce fascinant et sulfureux roman, l’univers de la magie devient un parfait théâtre de la cruauté pour célébrer les avatars du corps souffrant et désirant, à une époque où le fait d’être infirme, femme ou homosexuel revenait à disparaître de la scène du monde.



Astrid Eliard , Le Figaro

« Neil Bartlett prend un plaisir de fétichiste à nous décrire les tenants et aboutissants du spectacle de Brookes. Il nous le montre éblouissant, vu de l’orchestre, douloureux, vécu par l’assistante qui ressort de la boîte avec des bleus, enfin, il nous le décortique en vrai amateur de farces et attrapes. Mais le plus passionnant, bien sûr, c’est ce qui se trame en coulisses, derrière le rideau de fer où est écrit en grosses lettres « Interdit au public » .  »


Virginie Bloch-Lainé, Libération

« Le Garçon dans l’ombre comporte plusieurs mises en abyme, à commencer par celle d’une littérature anglaise qui maltraite l’enfant tout en lui donnant le premier rôle ; c’est du théâtre dans le théâtre, grâce à un narrateur interventionniste dont la rhétorique et la malice sont celles d’un prestidigitateur prenant le public à témoin. Que l’auteur soit un homme de théâtre transparaît à chaque ligne. Nous sentons l’odeur des tissus et des draperies qui habillent une salle, et nous entendons des barres métalliques se heurter en coulisses.La façon dont le jeune homme se délie après avoir fait l’amour, dans les dernières pages, est ravissante et enthousiasmante.  »


Association du méjan

Actes Sud newsletter

Inscription à la newsletter :

newsletter