L'angoisse d'Abraham | Actes Sud
Actes Sud Littérature
Un endroit où aller

Mai, 2016 / 10,0 x 19,0 / 272 pages


ISBN 978-2-330-06463-1
prix indicatif : 21, 80€


Où trouver ce livre ?
|

L'angoisse d'Abraham

Rosie PINHAS-DELPUECH

Éminente traductrice de l’hébreu et directrice de la collection “Lettres hébraïques” d’Actes Sud depuis plus de quinze ans,  Rosie Pinhas-Delpuech propose ici un voyage dans l’espace et dans le temps, d’Orient vers l’Occident. Une histoire d’immigration contrariée, faite de malentendus, de chagrins d’amour fou pour une langue, un pays, le français de France, puis l’hébreu d’Israël et une exploration géographique et intellectuelle autour d’un centre inexistant et impossible à cerner : comment l’hébreu, pourquoi l’hébreu, pourquoi Israël, pourquoi juif. Et surtout comment devient-on étranger, un statut difficile mais passionnant, qui interroge en profondeur notre actualité mondiale.

L'angoisse d'Abraham

L'angoisse d'Abraham

Jean-Claude Noyé , La Vie

« Bien mieux que tous les traités savants, ce texte autobiographique nous donne à découvrir, de l’intérieur, une part de l’identité juive. Identité complexe, mouvante, toujours en recomposition, marquée par le sentiment de demeurer, en quelque terre que ce soit, un étranger potentiellement exposé à quelque danger.  »


Veneranda Paladino , DNA

« Sensible et inspirant.  »


Noémie Halioua , Actualité Juive Hebdo

« Ce livre porte un témoignage qui résonnera chez beaucoup de lecteurs qui ont connu le sentiment de déracinement un jour, et fait la liaison entre le personnel et l'universel.  »


Nathalie Levisalles, Libération

« La découverte d'Israël a souvent été racontée par les nouveaux arrivants. Il y a ici quelque chose de différent : c'est le regard de Rosie Pinhas-Delpuech sur les Arabes. Quand, dans les bureaux de l'administration israélienne, elle les voit, un peu ignorés, un peu rabroués, elle sait ce qu'ils ressentent : c'est ce qu'elle-même a subi quelques mois plus tôt à la préfecture de Paris où elle allait régulariser son permis de séjour.(…) Faute d'expliquer (qui le peut ?) elle décrit comment un pays de pionniers avec un rêve de socialisme (et une indifférence désinvolte pour les «cousins») est devenu capitaliste et replié sur sapeur et sa haine des Arabes. Elle nous rappelle l'époque où la Galilée était communiste, une époque où, le 1er Mai, les travailleurs juifs et arabes défilaient ensemble.  »


Association du méjan

Actes Sud newsletter

Inscription à la newsletter :

newsletter