Aller au contenu principal

La Ville de vapeur



Un architecte qui fuit Constantinople avec les plans d'une bibliothèque inexpugnable, un étrange cavalier qui arrive à convaincre un tout jeune écrivain (accessoirement nommé Miguel de Cervantes) d'écrire un roman inégalable... on retrouve dans ce recueil une atmosphère et des thématiques familières aux lecteurs de Zafón : des écrivains maudits, des bâtisseurs visionnaires, des identités usurpées, une Barcelone gothique et certains des personnages phares de la tétralogie du "Cimetière des livres oubliés", tels Semperé, Andreas Corelli ou David Martin.
Il se dégage de l'ensemble une unité parfaite et un charme profond et envoûtant, dans un halo de mystère (et de vapeur).

novembre, 2021
11.50 x 21.70 cm
192 pages

Marie-Christine VILA

ISBN : 978-2-330-15611-4
Prix indicatif : 19.00€



Où trouver ce livre ?
Ce livre existe également en version numérique

Les familiers de l’univers onirique et fantastique du grand écrivain l’y retrouveront aisément : il est question ici de labyrinthes, d’une bibliothèque dissimulée sous la basilique Sainte Sophie à Constantinople, d’un manuscrit disparu de Cervantès, Un poète aux enfers, ou encore de Gaudi et pourquoi il n’eut pas assez d’argent pour achever sa Sagrada Familia. Les héros et/ou narrateurs (…) sortent des propres romans de Zafon, les nouvelles se répondent, l’écrivain s’en joue et invente des récits dans le récit dans le récit. 

Jean-Claude Perrier, LH LE MAGAZINE

Onze contes teintés de fantastique, où rôdent, tels des fantômes, les personnages de son oeuvre. La Ville de vapeur signe les adieux émouvants d’un maître de l’imaginaire qui a, au fil de ses livres, écrit une ode au pouvoir enchanteur de la littérature. 

Léonard Desbrières, LE PARISIEN / AUJOURD'HUI EN FRANCE WEEK-END

Mystère, mort, tragédie, fantômes, cimetières, et, bien sûr, sa Barcelone énigmatique et unique, sont les passages de ce labyrinthe éclairés d’une prose baroque et de chemins qui nous réservent de belles surprises parfois enivrantes, souvent déroutantes. Ce recueil de récits posthumes marque l’adieu à l’écrivain catalan le plus universel de ces dernières décennies, un homme passionné par les mystères, les livres et les dragons.

Sylvie Lecoules, LE TARN LIBRE

Le point commun entre ces envoûtantes nouvelles posthumes de l'auteur de L'Ombre du vent ? Barcelone, la capitale catalane, recréée à des époques différentes et à la suite de personnages parfois authentiques (Cervantès, Gaudi). Chacune d'elles plonge le lecteur dans un univers étrange, ou même le réel semble fantastique. Où le vrai et le faux jouent à cache-cache, rappelant que les apparences sont souvent trompeuses. 

L'AVENIR

C’est un peu d’horreur fantastique, plein d’époques mélangées, le tout dans une Barcelone mystérieuse, signé par l’un des plus grands auteurs espagnols.

On retrouve ses thèmes de prédilection : des manuscrits maudits, des écrivains fous, une obsession pour le passé, les secrets, les enquêtes, avec un certain penchant pour le fantastique, toujours à la limite de la réalité et qui donne un léger frisson.

Ambre Chalumeau, TMC dans "Quotidien"

Carlos Ruiz Zafon joue avec les genres dans ce dernier recueil posthume de nouvelles : du roman d’apprentissage aux allures de conte à l’histoire d’amour, en passant par le thriller, l’immense auteur espagnol de la trilogie du Cimetière des livres oubliés continue d’éblouir son lecteur avec l’univers envoûtant qui le caractérise. 

Héloïse Rocca, VERSION FEMINA

On croise pour la dernière fois Cervantès et Gaudi dans une Barcelone ténébreuse et cruelle. Zafon nous manque déjà.

Isabelle Lesniak, LES ECHOS WEEK-END

Le Monde de Zafon oscille entre le fantastique et le baroque, nimbé de poésie et traversé des fulgurances qui éclairent ses personnages d’une vibrante lumière. 

Sébastien Dubos, LA DEPECHE DU MIDI

Les groupies de Zafon retrouveront ici ou là les personnages de la fameuse tétralogie du Cimetière des livres oubliés, (…), ; les autres découvriront dans ces textes courts l’univers enchanté et labyrinthique, mêlant récits et légendes, romans populaire et historique, thriller et histoire d’amour, du virtuose espagnol.

Misère de l’enfance mais aussi flamboyance des artistes. (…) De quoi faire rêver… 

Marianne Payot, L'EXPRESS

Dans ce modeste recueil de onze nouvelles fantastiques inédites en France, publiées à titre posthume, le lecteur averti retrouvera avec plaisir certaines connaissances. Le néophyte, lui, ouvrira la porte d’un univers singulier et ténébreux dépourvu de toute sortie de secours. Toutes ces histoires envoûtantes, poignantes pour certaines qu’elles soient courtes ou plus développées, déploient une plume élégante et épurée. Cet ultime opuscule de Zafon est intensément habité. 

Victor Battaggion, HISTORIA

Zafon était un merveilleux conteur, pas juste un romancier. Son style est envoûtant, il donne l’impression d’être un enfant à qui on raconte une histoire avant de s’endormir. Peu importe le genre ou le thème qu’il aborde, il sait charmer les lecteurs. 

EVADEZ-MOI

Quand Zafon écrit qu’il fait froid, on grelotte, quand il parle d’amour, on a le cœur qui palpite… Et son imagination débridée nous porte sans effort là où il le souhaite. Les habitués de son œuvre seront heureux de se retrouver en terrain connu et de renouer avec le mélange des genres, mi-gothique, mi-historique, qui a fait son succès. Quant aux autres mis en appétit par ces onze récits en forme de contes, nul doute qu’ils auront à cœur de plonger dans les précédents écrits, tout aussi fascinants de ce grand auteur disparu trop tôt. 

Samuel Loutaty, TELE Z