fbpx La Patience des traces | Actes Sud Aller au contenu principal

La Patience des traces



Psychanalyste, Simon a fait profession d’écouter les autres, au risque de faire taire sa propre histoire. À la faveur d’une brèche dans le quotidien – un bol cassé – vient le temps du rendez-vous avec lui-même. Cette fois encore le nouveau roman de Jeanne Benameur accompagne un envol, observe le patient travail d’un être qui chemine vers sa liberté. Pour Simon, le voyage intérieur passe par un vrai départ, et – d’un rivage à l’autre – par le lointain Japon : ses rituels, son art de réparer (l’ancestrale technique du kintsugi), ses floraisons…
Quête initiatique qui contient aussi tout un roman d’apprentissage bâti sur le feu et la violence (l’amitié, la jeunesse, l’océan), c’est un livre de silence(s) et de rencontre(s), le livre d’une grande sagesse, douce, têtue, et bientôt, sereine.

janvier, 2022
11.50 x 21.70 cm
208 pages


ISBN : 978-2-330-15985-6
Prix indicatif : 19.50€



Où trouver ce livre ?
Ce livre existe également en version numérique

La petite musique de ce récit qui vient se poser sur les eaux bleues des îles Yaeyama ressemble à une mélodie douce et simple. C’est pourtant un texte très profond dans lequel il faut guetter les correspondances et les polysémies, se laisser accompagner sur la pointe des pieds sur des sentiers de sables blancs pour comprendre l’allégorie portée par le périple de Simon. 

Simon cherche des moments d’âme et il les trouve. 

Anne Quéméneur, SUD-OUEST

Un livre lent et doux, comme une renaissance après un bain de vapeur, par l’une des plumes les plus subtiles d’aujourd’hui.

Muriel Fauriat, LE PELERIN

Jeanne Benameur est une romancière de l’intériorité mais aussi de l’extériorité. Traçant les chemins du soi, elle ouvre à la rencontre des autres et à la reconnaissance de l’humanité de chacun, à la marche en forêt luxuriante ou à la nage en océan fougueux. Si son livre lumineux (…) se mérite, elle y joue avec subtilité des images qui révèlent, des silences qui disent et des mots que soufflent les amours perdues et les amitiés blessées.

Monique Verdussen, LA LIBRE BELGIQUE

« Un roman délicat comme une estampe japonaise »

Valérie Rodrigue, MARIE FRANCE.FR