Aller au contenu principal

Je ne reverrai plus le monde

Sous-titre
Textes de prison


Ahmet Altan est romancier, essayiste et journaliste, il était aussi rédacteur en chef du quotidien Taraf jusqu’au 15 juillet 2016. À cette date, la Turquie s’enflamme, des milliers de personnes descendent dans la rue à Istanbul et à Ankara suite à une tentative de putsch. Le lendemain commence une vague d’arrestations parmi les fonctionnaires, les enseignants, l’armée et les journalistes. Ahmet Altan fait partie de ceux-là, il sera condamné à perpétuité, accusé d’avoir appelé au renversement du gouvernement de l’AKP. Ahmet Altan a 69 ans.

Ces textes sont écrits du fond de sa geôle. Poignants, remarquablement maîtrisés, ces allers-retours entre réflexions, méditations et sensations expriment le quotidien du prisonnier mais ils disent aussi combien l’écriture est pour lui salvatrice. Tel un credo il s’en remet à son imagination, à la force des mots qui seule lui permet de survivre et de franchir les murs.

Un livre de résilience exemplaire.


[12 novembre 2019] Une semaine après sa libération de prison, l’écrivain et romancier turc Ahmet Altan a été de nouveau arrêté, mardi 12 novembre, sur une décision de justice.

https://www.actes-sud.fr/actualites/le-romancier-et-journaliste-turc-ahmet-altan-ete-condamne-la-reclusion-criminelle-perpetu

septembre, 2019
10.00 x 19.00 cm
224 pages

Langue : turc
Julien LAPEYRE DE CABANES

ISBN : 978-2-330-12566-0
Prix indicatif : 18.50€



Où trouver ce livre ?
Ce livre existe également en version numérique
Prix André Malraux -

Je ne reverrai plus le monde fait penser à Primo Levi pour sa lucidité, son style sans pathos, et au philosophe allemand Günther Anders pour cette énergie du désespoir qu’il trouve, paradoxalement, dans l’expérience de l’invivable.

Yann Perreau, Les Inrockuptibles

Superbe récit, d’une dignité et d’une intelligence sans pareilles.

Marianne Payot, L’Express

Certains auteurs nous deviennent si proches que leurs souvenirs se font une place parmi les nôtres. Leur force est de mettre en circulation des phrases qu’on n’oubliera pas.

Claire Devarrieux, Libération

Ahmet Altan tient la chronique d’une résistance mentale et intellectuelle qui lui permet de ne pas sombrer dans l’abattement et la peur, en parvenant à s’accrocher aux branches de son propre esprit.

Jean-Paul Champseix, En attendant Nadeau

Admirable, la douce ironie des textes de prison d’Ahmet Altan distille le meilleur de la littérature et de la vie.

Sophie Creuz, L'Echo

Il raconte avec une force de caractère admirable comment, même en prison, il reste libre.

Béatrice Arvet, La Semaine

Le livre d’Ahmet Altan est un cri de désespoir et de dignité.

Karen Lajon, Le JDD

Pas une once de graisse dans ce texte passe-muraille, chaque mot semble avoir été pressé pour donner toute son essence, avec ce sens aigu de la valeur des choses que connaissent ceux qui ont failli tout perdre. L’autodé rision avoisine l’indignation, le désespoir se livre nu, l’humanité a la part belle. Et chaque souffle est un acte de résistance.

Marine Landrot, Télérama

Un monde déchirant et ironique qui fournit à l’écrivain un autre moyen d’évasion encore : dehors, pour des lecteurs qu’il ne connaît pas, c’est lui qui fait, en la disant, la réalité de la réclusion qu’il subit.

Fabienne Arsever, Le Temps

Il va empoigner les cœurs, les âmes, les esprits et les corps, aussi, tant il donne à ressentir, profondément, deux expériences vitalement liées : l’enfermement et l’écriture. Et ne sera pas loué seulement pour le courage dont fait preuve son auteur, mais parce qu’il fera date dans la littérature. [...] Ce qui fait la force de ce texte de combat, c’est l’infini pouvoir de la littérature. Conduit jusqu’au bout de l’absurde par l’injustice des hommes, Altan reste un homme libre

Valérie Marin La Meslée, Le Point

S'y mêlent scènes et méditations, descriptions et dialogues - avec une lucidité admirable et un ton étonnamment mesuré. C'est qu'une sorte de sagesse, de conscience alerte et alertée, semble l'animer constamment.

Thierry Cecille, Le Matricule des Anges

Livre de résistance et de résilience est une déclaration. Entre observations, réflexions, sensations, puissance des mots, force de l’imaginaire. Un acte de liberté.

Catherine Faye, Afrique Magazine

Il convoque les grands auteurs pour survivre, tout ce que les livres lui ont murmuré. Il voyage autour de sa cellule. Il observe. Il réfléchit. Il doute, parfois. Il raconte et c’est magnifique.

Sorj Chalandon, Le Canard Enchaîné

En explorant sa condition de prisonnier, l’écrivain et journaliste turc accède au sens profond de la liberté humaine.

Marianne Meunier, La Croix

En plus d’être un récit vertigineux d’une vie séquestrée derrière une porte de fer, Je ne reverrai plus le monde est une magnifique ode à l’écriture. La littérature est son armure, sa résistance face à ses geôliers.

Laure Marchand, L'Obs

Il y a des livres qu’on ne peut recenser comme les autres. On aurait envie de dire simplement: lisez-le, relisez-le, vous serez subjugués. [...] Son livre est d’abord un grand livre sur la liberté et la résistance de chaque homme face à l’injustice et à l’invivable. [...] Un livre qui est une leçon de liberté, de force intérieure.

Guy Duplat, Arts Libres

Outre la précision du récit, chronologique, ce qui frappe le lecteur, c’est l’humour, l’autodérision dont l’écrivain fait preuve en permanence.

Jean-Claude Perrier, Livres Hebdo

Ce qui nous fait éprouver physiquement la détention sans raison ni justice qu’il subit tous les jours depuis trois ans, ce sont des choses d’apparence plus anodine, des gestes dont nous savions même pas qu’ils étaient des privilèges. Ainsi, lorsque Ahmet Altan écrit Je n’ouvrirai plus jamais une porte moi-même, nous restons incrédules, avant que cette phrase toute simple ne nous fasse empoigner la sensation charnelle de notre propre liberté.

Camille Laurens, Le Monde des Livres

Du même auteur