fbpx Harpo | Actes Sud Aller au contenu principal

Harpo



« À ce propos, on a reçu ce matin des nouvelles de l'Est, par télégramme, Harpo a bel et bien quitté Moscou comme prévu, le 6 de ce mois, l'ambassade est formelle. Par ailleurs, on ne signale aucun incident particulier sur la ligne ferroviaire. C'est donc au Havre, à la descente du train, que sa trace se fond dans le paysage. Le chief detective réfléchit en allumant une nouvelle Chesterfield. Il déambule dans le bureau et vient se chauffer les fesses contre le radiateur en fonte. Voilà une affaire qui l'émoustille, un tableau vaporeux à souhait, sfumato, comme il les aime. La difficulté le stimule, mieux, le rassure. À présent, il l'affirme, poing serré, on va le retrouver, pour sûr - Harpo Marx, tout de même, ce n'est pas n'importe qui. » F. V.

janvier, 2020
10.00 x 19.00 cm
176 pages


ISBN : 978-2-330-13065-7
Prix indicatif : 18.00€



Où trouver ce livre ?
Ce livre existe également en version numérique

Tout est cocasse et surprenant dans cette fable, derrière laquelle on devine en filigrane le portrait d'un homme hors du commun. 

Bernard Babkine, MARIE FRANCE

Tout cela, Fabio Viscogliosi le raconte avec une plume à la fois légère et minutieuse, précise et enlevée, et tisse, de court chapitre en court chapitre, cette histoire étrange et poétique qui questionne le sens d’une vie, la destinée, la mémoire bien sûr, mais aussi et peut-être surtout la fiction.

Matthieu Mégevand, LE TEMPS

Est-ce une fable ? C’est en tout cas une merveille de récit affranchi des genres, et assurément des normes traditionnelles du roman biographique : une sorte de percée que s’autoriserait l’écrivain dans un espace en apesanteur, sans mémoire, à la redécouverte des mots, des gestes les plus simples.

Comment ne pas soupçonner alors quelque chose comme un « autoportrait en Harpo », sensible dans ce désir que dit le livre d’aller même jusqu’à l’abstraction (…) Les dernières pages du roman de Fabio Viscogliosi sont à cet égard d’une beauté assez poignante, qui dessinent une sorte de mouvement de la mémoire vers une sérénité suspendue, dans un espace où Charlie Brown croise l’histoire de la peinture et Bruegel les souvenirs d’enfance : quand Harpo s’endort, le livre se mue définitivement en manifeste, murmurant et magnifique (…)

Fabrice Gabriel, AOC

Empreint d’une poésie lunaire (…)

Transposant en littérature la technique picturale du sfumato, il enveloppe Harpo d’une voile de fiction, transformant le comique muet en un magnifique personnage de roman.

Sophie Joubert, L'HUMANITÉ

Artiste polygraphe, Fabio Viscogliosi réenchante Harpo Marx dans une quête de fraternité douce et subtile.

Dominique Aussenac, LE MATRICULE DES ANGES

C’est un beau tour littéraire que joue ici Fabio Viscogliosi à l’exercice de la biographie. Et l’on aime à croire que son portrait en creux est l’un des plus pertinents qui soient.

Pierre Vavasseur, LE PARISIEN

(…) un hommage joyeux aux vadrouilles cinématographiques des années 1930. 

Nicolas Julliard, RTS CULTURE

Viscogliosi opère en touches impressionnistes. (…) Ce roman ne se laisse pas emmurer dans un simple résumé. Il se cabre, virevolte ou improvise comme pouvaient le faire les frères Marx. Le montage de ce récit se découpe de façon lunaire et poétique. Les souvenirs sont, décidément, d’insécables caprices. 

Lyonel Sasso (Librairie Coiffard), PAGE DES LIBRAIRES

Fabio Viscogliosi a trouvé matière pour trousser un excellent roman, écrit avec « le souffle enivrant du possible » et « cette poussière de réalité qui tendrement vient se déposer sur la fiction ».

Anne-Marie Mitchell, LA MARSEILLAISE

Minutieux conteur, Fabio Viscogliosi tire le meilleur parti d’une parenthèse de près de quatre mois qui montre qu’on peut se perdre pour mieux se retrouver. Son odyssée miniature sur les routes de France est un petit bijou littéraire.

Alexandre Fillon, LE FIGARO LITTÉRAIRE

Au fond ce que creuse avec subtilité le voyage d’Harpo c’est l’éternel sillon viscogliosien : le mystère de la mémoire et comment elle nous fonde, au présent et au-delà. (…) L’amnésie, donc, comme page blanche, vacance de soi, parenthèse à réenchanter en partant de rien, plein de l’innocence des premiers temps. 

Stéphane Duchêne, LE PETIT BULLETIN DE LYON

Fabio Viscogliosi donne ainsi sa version, douce et romanesque, de cette parenthèse française de Harpo Marx. (…) Comme si l’aventure était encore plus belle parce qu’elle pourrait être vraie. 

TAGEBLATT

Fabio Viscogliosi (…) déroule un texte décalé, jonglant entre l'histoire (la vraie, celle du voyage en Russie) et un imaginaire chargé de poésie (…), pour signer un petit bijou littéraire, tour à tour road movie miniature, fable en super huit ou tendre roman d'apprentissage, d'une grande subtilité.

Philippe Blanchet, ROLLING STONE

Un livre poétique qui libère les horizons. Qui donnent des ailes dans le ventre. On y est. On croit à la fable. Une réussite ! 

Annabelle Hautecontre, LE SALON LITTÉRAIRE

( ..) une exquise divagation (…).

Une cavale insolite. 

Cécile Lecoultre, 24 HEURES

(…) cette échappée belle colorée du mystère d’une amnésie profonde nous tient en haleine (…).

FOCUS VIF

Le récit est léger, sémillant, poétique, très bien construit. Je le recommande donc chaudement. 

François Angelier, FRANCE CULTURE (LA DISPUTE)

Le récit de cet épisode ravit par sa clarté loufoque. 

TÉLÉRAMA

Un délice, ce petit conte.

Jacques Nerson, L'OBS

Une vraie pépite que ce Harpo.

Marianne Payot, L'EXPRESS

Du même auteur