Duras, toujours | Actes Sud
Accueil > Référence > Littérature
Actes Sud Littérature
Hors collection

Septembre, 2009 / 11,5 x 21,7 / 144 pages


ISBN 978-2-7427-8488-2
prix indicatif : 18, 30€


Où trouver ce livre ?
|

Duras, toujours

Dominique NOGUEZ

Il faut tenter de comprendre ce miracle : Marguerite Duras a échappé au purgatoire. Treize ans après sa mort, elle ne cesse d’intéresser, en France et à l’étranger, où elle est l’écrivain français contemporain le plus traduit et le plus diffusé.
Depuis trois ans, des textes posthumes – les Cahiers de la guerre et le petit récit intitulé Caprice, paru en 1944 (on trouve ici les preuves qu’elle en est bien l’auteur) – changent l’image qu’on avait d’elle. Caprice, en particulier, rompt avec la vision vaudevillesque et bourgeoise de l’adultère, et éclaire à l’avance Hiro - shima mon amour.
Tout cela nous rappelle combien Duras est l’écrivain de l’amour (et qu’elle a, paradoxalement, suscité beaucoup de haine).
Avec le recul, une nouvelle vision de son oeuvre se dessine. Au théâtre, Le Shaga nous présente une Duras inattendue, d’un comique loufoque proche de celui d’Ionesco et de Pinget. Dans l’oeuvre romanesque et au cinéma, la dimension voyeuriste (et visionnaire) ou l’obsession du nom nous apparaissent avec plus d’évidence.
Les archives laissées à l’IMEC permettent d’aller plus loin. On le voit ici dans l’étude minutieuse (sur manuscrits) que Dominique Noguez consacre à la genèse de ce qui est peut-être le plus beau roman de Duras : Le Ravissement de Lol V. Stein.
Duras, toujours est un livre d’ami et de connaisseur, mais écrit sans langue de bois : il s’achève par une lettre posthume sans concession, où l’admiration se nuance de réserves et même de reproches, puis à la fin, somme toute, se trouve renouvelée.
Né en 1942, Dominique Noguez, écrivain, Prix Femina 1997 pour Amour noir (Gallimard), a été proche de Marguerite Duras. Il a eu avec elle des entretiens filmés en 1983 ( La Couleur des mots, Benoît Jacob, 2001) et a organisé en 2006 des manifestations sur elle à Madrid et à Caen. Son roman Les Derniers Jours du monde (Robert Laffont, 1991) vient d’être adapté au cinéma par les frères Larrieu.

Duras, toujours

Duras, toujours
Association du méjan

Actes Sud newsletter

Inscription à la newsletter :

newsletter