Aller au contenu principal

77


Chaque matin depuis la rentrée, ensommeillés, mutiques, mal lunés, ils se retrouvent au point de ramassage – le grand Kevin, la fille Novembre, le Traître, les faux jumeaux, et puis lui. Aujourd’hui, il ne montera pas dans le car scolaire, il va rester seul au bord de la route, sous l’abribus, sous sa capuche, toute la journée. À regarder passer les voitures. À laisser son regard se perdre sur les terres du “sept-sept”, ce département vague entre Paris et la province, entre boue et bitume, où les villes sont de simples bourgs et les champs de mornes étendues de camaïeu brun. À se noyer dans les souvenirs d’avant l’été, quand le Traître s’appelait encore Enzo et qu’avec la fille Novembre ils formaient un trio inséparable.

Ce premier roman à l’énergie brute charrie la violence et l’innocence, l’âge des possibles et de l’insupportable, la construction des corps et la fracture des rêves dans un flux de conscience époustouflant de spontanéité, d’invention, de vérité.


Longtemps j’ai cru venir d’un paysage sans identité.

Ni tout à fait urbanisée, ni entièrement rurale, j’ai grandi dans une zone sans réelles histoire ni culture auxquelles me rattacher. J’enviais secrè­tement celles et ceux de la ville qui me parais­saient connectés en haut débit à tout ce qui palpite ; j’admirais et craignais celles et ceux des périphéries que je fantasmais comme braves et prompts à tout retourner sur leur passage ; je respectais celles et ceux des provinces qui me semblaient avoir quelque chose à protéger et à chérir. Moi, je venais seulement d’une zone où rien ne se passe et où personne n’arrive, pas assez vive et pas totalement morte, quelque part au croisement exact entre le bitume et la boue.

Du bitume et de la boue, on doute rarement de qui enfouira qui.

Alors, pour mieux la saisir avant sa dispari­tion, j’ai d’abord voulu écrire cette terre sans histoire ; mais le roman m’a tracté sur d’autres sillons : ceux d’une réalité pétrie d’entre-deux. Entre la mémoire et le paysage, entre la fange et le goudron, entre l’enfant et l’adulte, entre le jeu et le coup, entre l’oubli et le mensonge, entre l’amour et l’amitié, entre le genre et la sexualité, entre l’injonction à se construire en « vrai bon­homme » et le désir de devenir soi-même, entre la rage et l’abandon, entre la fureur et l’étreinte, entre le silence et les non-dits, entre la houle et l’impact.

C’est de cette bifurcation dans la terre que naîtrait la voix du narrateur.

Une voix si ancrée dans le paysage qu’elle l’incarnerait totalement, se faisant à la fois témoin et porte-parole d’une génération d’ou­bliées et d’oubliés de toutes provenances. Une voix pour emporter cette génération plus loin que la capuche dont elle serait protégée, plus loin que l’abribus où elle se tiendrait recluse, plus loin que l’étendue de terre qui l’entourerait avec la nationale pour seul horizon, et pourquoi pas aller encore plus loin, au-delà du territoire, au-delà des souvenirs, au-delà de l’adolescence, au-delà de la violence, au-delà de toute injonc­tion, au-delà du silence.’’

 

M. F.

août, 2019
11.50 x 21.70 cm
224 pages


ISBN : 978-2-330-12545-5
Prix indicatif : 19.00€



Où trouver ce livre ?
Ce livre existe également en version numérique
Premier prix de L’Île aux livres – salon de l’île de Ré -
Prix Coup de cœur du salon Livres en vignes -

Le terrible récit d’un calvaire d’enfant sous la plume nerveuse et superbe d’un romancier qui promet !

Jean-Paul Guéry, Le Courrier de l’Ouest / Le Maine Libre

Dans la lignée d’Edouard Louis et de David Lopez, auteur de « Fief », Marin Fouqué, 28 ans, venge la frustration de son héros et de tous les souffre-douleur avec une énergie litanique. Une colère scandée comme un long rap mélancolique.

Elisabeth Philippe, L'Obs

Un texte fort, émouvant, écrit dans une langue musicale, proche du flow d’un slam inspiré. Hommage « à toutes les personnes encapuchées qui cogitent en spirale pendant des heures aux issues possibles ». Hommage aussi à ces territoires prétendument « sans histoire » [...] Un premier opus prometteur.

Fred Robert, Zibeline

Son premier roman, 77, sonne […] comme une incantation, impressionnante de spontanéité et de vitalité. […] En plus d’interroger les obsessions de notre époque, Marin Fouqué marque les esprits par la langue qu’il déploie. […] 77 est un livre violent, qui bouscule et envoûte, une véritable expérience sensorielle. On le referme tremblant d’excitation, comme si, pendant tout le temps de la lecture, Marin Fouqué avait déclamé son texte au creux de notre oreille.

Léonard Desbrières, Lire

Peintre des réalités contemporaines, Marin Fouqué est devenu, le temps d’un roman, l’observateur des vies qui hésitent entre la résignation à leur « emprisonnement » et l’évasion, symbolisée par les voitures qui passent en trombe.

Anne-Marie Mitchell, La Marseillaise

Se déploie une langue brute, orale et imagée, entre l’urgence rageuse et la mélancolie, qui creuse la mémoire d’un jeune garçon. L’écrivain raconte avec justesse la vie désolée de ces jeunes habitants du 77 - la Seine et Marne -, sous l’ombre de la grande ville, désirable et redoutée. »

Mathieu Champalaune, Transfuge

Avec virtuosité, Marin Fouqué tisse un monologue puissant où les mots claquent, cognent, piquent. Des phrases qui s’étendent, parfaitement agencées, s’attachant à suivre le fil d’une pensée incessante. Qui cherchent à la fixer. À le fixer là, sous l’Abribus, où les vers de terre qu’enfant il s’amusait à attraper se transforment en vers qui consolent. Une poésie qui ose dire l’inavouable, porte-parole d’une génération de laissés-pour-compte.

Claire Conruyt, Le Figaro Littéraire

La plume de Marin Fouqué, 28 ans, porte la rage des zones périurbaines.

Adeline Fleury, Le Parisien WE / Aujourd’hui en France WE

Pour moi c’est une grande réussite.

Michel Dufranne, RTBF, « Sous couverture »

Son 77 va faire du bruit.

Union Presse

Du même auteur