Aller au contenu principal

Veilleuse du Calvaire



Ce livre est celui d’un paysage de pierres, de rivières et d’ombrages, celui d’une colline abîmée par la cupidité d’un homme, un notaire sans scrupule qui en ces lieux ouvre la porte à toutes les bassesses. Mais de cette colline s’élève une voix, celle de la rébellion des femmes dont le corps est la cible de toutes les offenses, dont le courage a la puissance du poème.


Rentrée française 2023

« Choisir une voix de femme. Ou des voix de femmes. Ou une voix Des femmes. Comme une sorte d’instance inscrite dans la permanence ou le tracé d’une histoire de souffrances et de résistance, de domination et de libération. Conscience donc d’un devoir de veille qui, dans son expression, tient à la fois du récit et de la harangue, du rappel de ce qui s’est passé, se passe, se passera dans tel lieu (ici, le lieu-dit du Calvaire) et de ce que moi, femme, toi, femme nous en disons, et de ce que nous pouvons en faire. Que faisons-nous de ce qu’on a fait de nous ou de ce qu’on a voulu nous faire ou faire de nous ? Veilleuse donc, comme gardienne de la mémoire, mais d’une mémoire "qui va de l’avant".

Confronter aussi deux manières de raconter. La reconstitution par qui rapporte des événe­ments qu’il n’a pas lui-même vécus. La parole de qui a vu, vécu, senti, souffert. Creuser l’écart entre ces deux lieux, sans oublier qu’ils tendent des pièges au lecteur ainsi embarqué et amené à oublier que la construction romanesque est toujours un jeu qui ne se révèle qu’au fil de la lecture.

Rendre aussi hommage au réalisme merveil­leux, dialoguer avec cette tradition dans ce qu’elle conserve de vivant en intégrant la perception de la réalité comme élément du réel et en donnant au texte une valeur quasi transformatrice.

Une colline. Comme un microcosme. Son passage de l’état de nature à l’état social. Illustrer la puissance destructrice de telles façons d’ha­biter et d’imposer les rapports humains. Suivre sur une longue période la conjonction de la domination du puissant et du mâle et la résis­tance portée par une voix ou un concert de voix féminines. Violence du pouvoir politique, des procédures d’accumulation, des agents et des actes de répression sur les corps, le rêve et, en contre, la solidarité, la gratuité, le métier utile, la liberté de sentir, d’aimer et l’élan poétique, un langage comme un chemin "de mon cœur à d’autres cœurs, de mes montagnes à d’autres montagnes". »

Lyonel Trouillot

août, 2023
11.50 x 21.70 cm
176 pages


ISBN : 978-2-330-18226-7
Prix indicatif : 19.90€



Où trouver ce livre ?
Ce livre existe également en version numérique

Avec Lyonel Trouillot, le lecteur a l’habitude de sortir de sa zone de confort. Dans Veilleuse du Calvaire, le poète, journaliste, professeur de littérature et romancier haïtien l’invite un peu plus encore à lâcher prise et à oublier les schémas romanesques classiques. [...] Il poursuit avec ce texte concis mais si riche, sa cartographie imaginaire de Port-au-Prince et d’Haïti, puisée au plus près de son histoire et du réel.
Magistral petit roman.

Frédérique Briard, MARIANNE

Dans l’oeuvre de Trouillot, le courage des femmes est un personnage en soi. Le geste de cet écrivain est toujours politique, mais ses appels sont des poèmes, des romans, et parmi eux ce livre-cri, ce livre-chant, celui de celles qui, sur l’île d’Haïti comme dans le monde entier, sont en lutte face à la folie des mâles, le mépris, l’irrespect et la haine dont elles sont les cibles et les victimes.
Lecture précieuse à privilégier en cette rentrée littéraire.

Véronique Hotte, HOTTELLO.COM

Chez l’auteur haïtien, chaque vie est digne d’importance, chaque être palpite ne serait-ce qu’une seconde. Veilleuse du Calvaire célèbre la beauté d’une terre et le courage des femmes en lutte face à la folie des mâles. Dans ce livre-chant, Lyonel Trouillot polit le sillon qu’il explore depuis vingt ans, celui d’une littérature puisée dans le réel, un réel infernal qu’il faut enchanter par la poésie.

Sarah Gastel, Librairie Terre des livres (Lyon), PAGE DES LIBRAIRES

Lyonel Trouillot se définit modestement en tant que citoyen engagé à décrire ce qu'il voit et entend.

Veilleuse du Calvaire explore le quartier de Bel Air à Port-au-Prince en tant que microcosme de la société haïtienne, décrivant son passé vibrant et sa dégradation actuelle marquée par la prédation et l'exploitation.

Géraldine Mosna-Savoye et Nicolas Herbeaux, FRANCE CULTURE - Les Midis de Culture

Cette colline raconte Haïti et Haïti raconte une grande partie du monde. On ne saurait mieux atteindre à l'universel, qui est pourtant dénié à ceux qui ont leur peuple dans la voix

Lyonel Trouillot ne pouvait dérouler son histoire, pleine de bruit et de fureur, sur un tapis tranquille. II a traduit la violence du lieu en une structure romanesque chaotique, un récit secouant l'ordre chronologique, en paroles proférées plus qu'organisées. Celles de la Veilleuse.

Christophe Kantcheff, POLITIS

Une ode vibrante à l’esprit libérateur féminin.

Muriel Steinmetz, L'HUMANITÉ

La Veilleuse, pour dire cette lente dégradation inéluctable, fait se succéder le chant, épique, métaphorique, mêlant les accumulations aux hyberboles, et une parole plus contenue et dense, aphoristique, propre à dire la fatalité de ces existences mutilées mais qui parviennent parfois à se révolter.

Thierry Cecille, LE MATRICULE DES ANGES

La pauvreté et la violence dominent. Pourtant, l’écrivain réussit à nous parler aussi d’amour et de rêves dans une langue pleine de poésie.

Claire Bernole, RÉFORME

Avec la Veilleuse du Calvaire, sorte de figure féminine éternelle, « indescriptible nécessité du cri », le roman de Lyonel Trouillot parle du mal fait aux femmes.

Frédérique Roussel, LIBÉRATION

Son art de « faire des histoires une histoire » est ici une fois encore à l'œuvre.

Valérie Marin la Meslée, LE POINT