L'Envers des autres | Actes Sud
Actes Sud Littérature
Domaine français

Mai, 2011 / 10,0 x 19,0 / 112 pages


ISBN 978-2-7427-9725-7
prix indicatif : 14, 00€

prix littéraire de la Vocation - 2011

Où trouver ce livre ?
|

Ce livre existe également en version numérique

L'Envers des autres

Kaouther ADIMI

Alger, centre-ville, début du XXIe siècle. Adel et Yasmine, frère et soeur, étaient proches, enfants. Ils ont grandi, changé, ils n’arrivent plus à se parler. Ils s’aiment en silence, entre une mère acrimonieuse et une aînée échouée là avec sa famille, qui peint à longueur de journée comme on s’invente un ailleurs. Au pied de l’immeuble, du haut des balcons et jusque chez eux, on les observe, on commente : ils sont différents, trop beaux et peut-être un peu trop libres, c’est insupportable.
Dans une société étriquée par les convenances, dans un pays qu’on quitte plus facilement qu’on ne l’aime, être simplement soi-même est un luxe auquel la jeunesse n’a pas droit…
Porté par une construction polyphonique croisant des voix qui ne se rencontrent jamais, L’envers des autres est un roman sensible, violent et lucide, dont la noirceur n’est adoucie que par les naïves rêveries d’une fillette en ballerines de toile.

L'Envers des autres

L'Envers des autres

Nina Bouraoui, A plus d'un titre (France Culture)

« C’est très troublant et très réconfortant d’assister à la naissance d’un écrivain. Kaouther a une œuvre devant elle, c’est un véritable écrivain.  »


Raphaëlle Leyris, Le Monde des livres

« L’Envers des autres parvient avec justesse à dire l’impossibilité, dans une ville comme Alger, de sortir des carcans communs. De rejeter la norme obligatoire du «nous» pour affirmer un «je».  »


Glamour

« Sombre, poétique, ce roman polyphonique brosse le tableau d’une jeunesse algérienne désœuvrée et qui n’attend qu’une chose : prendre le pouvoir. Brûlant d’actualité  »


Edelweiss Vieira, Jeune Afrique

« On est bluffé par l’écriture, à la fois simple et travaillée, aux pointes d’humour irrésistibles et aux descriptions très bien senties. Si l’on veut comprendre la jeunesse algérienne, cette «génération blasée», il faut lire ce livre.  »


Nadia Agsous, Courrier International / El Watan

« Dans ce roman prometteur, l’objectif de Kaouther Adimi est d'alerter sur le quotidien d'une population à la dérive, n'ayant d'autre alternative que la débrouille, le bricolage, le rêve migratoire, le désespoir, la folie, la mort et bien d'autres subterfuges, à découvrir tout au long de ce roman qui captive et émeut jusqu'aux larmes.  »


Veneranda Paladino, Dernières Nouvelles d’Alsace

« Une véritable révélation qui radiographie, à travers les portraits désenchantés des membres d’une famille et les habitants d’un quartier d’Alger, la psyché d’une ville marâtre qui avale ses enfants.  »


Bernard Babkine, Marie France

« Une sensible radioscopie d’une famille et d’un immeuble populaire dans un Alger contemporain où la vie en commun est un puzzle de solitudes. Un premier roman polyphonique et désespéré.  »


La Dépêche du Midi

« Le roman de Kaouther prend à la gorge.  »


Mustapha Hamidouche, Salama

« Retenez bien ce nom. C’est franchement la romancière qui apporte un air frais à la littérature algérienne.  »


Grégoire Amir-Tahmasseb, L’Union de Reims

« Une des belles découvertes littéraires de cette année.  »


Association du méjan

Actes Sud newsletter

Inscription à la newsletter :

newsletter