Aller au contenu principal

La belle amour humaine


A bord de la voiture de Thomas, son guide, une jeune occidentale, Anaïse, se dirige vers un petit village côtier d’Haïti où elle espère retrouver les traces d’un père qu’elle a à peine connu et éclaircir l’énigme aux allures de règlement de comptes qui fonde son roman familial. Le caractère particulier de ce voyage encourage bientôt Thomas à prévenir la jeune femme qu’il lui faudra très probablement renoncer à une telle enquête pour faire l’expérience, dans ce village de pêcheurs dont il est lui-même issu, d’un véritable territoire de l’altérité où les lois sont amicales et flexibles, les morts joyeux, et où l’humaine condition se réinvente sans cesse face aux appétits féroces de ceux qui, à la manière du grand-père d’Anaïse et de son complice en exactions, le “colonel” – tous deux jadis mystérieusement disparus dans un incendie –, cherchent à s’octroyer un monde qui appartient à tous.

Dans ce roman qui prône un exercice inédit de la justice et une fraternité sensible entre les hommes sous l’égide de la question : “Quel usage faut-il faire de sa présence au monde ?”, Lyonel Trouillot, au sommet de son art, interroge le hasard des destinées qui vous font naître blanc ou noir, puissant ou misérable, ici ou ailleurs – au Nord ou au Sud. S’il est vrai qu’on est toujours “l’autre de quelqu’un”, comment et avec qui se lier, comment construire son vivre-ensemble sinon par le geste – plus que jamais indispensable en des temps égarés – d’accueillir, de comprendre ?


[RENTRÉE FRANÇAISE 2011]

août, 2011
11.50 x 21.70 cm
176 pages


ISBN : 978-2-7427-9920-6
Prix indicatif : 17.30€



Où trouver ce livre ?
Ce livre existe également en version numérique
grand prix du Roman métis -
prix du salon du livre de Genève -

Le nouveau livre de Lyonel Trouillot se reçoit comme un cadeau à l’abri des laideurs du monde mais les contenant toutes. (…) Comme la main amicale d’un guide qui se refermerait pour ne plus lâcher le visiteur, l’histoire d’abord souriante happe et ensorcèle, puis se fait moins tendre, devient poignante, tout en évitant cynisme et amertume. C’est habile, et diablement plaisant. (…) Une fable lumineuse et dense.

Anne de Saint-Amand, Le Figaro Magazine

Ce très beau roman de Lyonel Trouillot (…) est comme un tableau haut en couleur.

André Rollin, Le Canard enchaîné

Émouvant, généreux et fraternel. À l’image de son auteur.

Marie Chaudey, La Vie

Un livre vibrant d’humanité. (…) Un livre profond où naissent les vraies questions. (…) Ce roman s’ouvre vraiment à l’universel.

Valérie Marin la Meslée, Le Point

Lyonel Trouillot une nouvelle fois surprend et stimule. (…) Il dessine la possibilité d’un monde d’égaux, dans sa belle prose qui entremêle le réel et le merveilleux.

Alain Nicolas, L’Humanité

Dans ce roman lumineux (…) où la poésie affleure, il est question de vivre ensemble, d’être « l’autre de quelqu’un » et de savoir ce que l’on fait de sa présence au monde. L’écrivain Lyonel Trouillot répond à ces questions dans une langue magnifique.

Christine Salles, Psychologies Magazine

Excellent conteur, l’écrivain haïtien Lyonel Trouillot exalte le respect d’autrui dans un roman humaniste. (…) Une écriture compacte, portée par la puissance de l’évocation et le souffle exalté du narrateur.

Tshitenge Lubabu M. K, Jeune Afrique

Lyonel Trouillot a retrouvé la verve luxuriante et le charme qui avaient marqué son Bicentenaire, en 2004. (…) Un texte poignant et conduit de main de maître.

Thierry Clermont, Le Figaro littéraire

Voici un grand livre (…) Ce roman (…) est d’une force étonnante.

Femme Actuelle

Lyonel Trouillot touche l’universel. (…) Il rend le lecteur complice de ses personnages en envisageant, à la fois, la cruauté et la bonté des hommes.

Grégoire Leménager, Le Nouvel Observateur