Aller au contenu principal

Ceux qui partent


Tout ce que l’exil fissure peut ouvrir de nouveaux chemins. En cette année 1910, sur Ellis Island, aux portes de New York, ils sont une poignée à l’éprouver, chacun au creux de sa langue encore, comme dans le premier vêtement du monde.

Il y a Donato et sa fille Emilia, les lettrés italiens, Gabor, l’homme qui veut fuir son clan, Esther, l’Arménienne épargnée qui rêve d’inventer les nouvelles tenues des libres Américaines.

Retenus un jour et une nuit sur Ellis Island, les voilà confrontés à l’épreuve de l’attente. Ensemble. Leurs routes se mêlent, se dénouent ou se lient. Mais tout dans ce temps sus pendu prend une intensité qui marquera leur vie entière.

Face à eux, Andrew Jónsson, New-Yorkais, père islandais, mère fière d’une ascendance qui remonte aux premiers pionniers. Dans l’objectif de son appareil, ce jeune photographe amateur tente de capter ce qui lui échappe depuis toujours, ce qui le relierait à ses ancêtres, émigrants eux aussi. Quelque chose que sa famille riche et oublieuse n’aborde jamais.

Avec lui, la ville-monde cosmopolite et ouverte à tous les progrès de ce XXe siècle qui débute.

L’exil comme l’accueil exigent de la vaillance. Ceux qui partent et ceux de New York n’en manquent pas. À chacun dans cette ronde nocturne, ce tourbillon d’énergies et de sensualité, de tenter de trouver la forme de son exil, d’inventer dans son propre corps les fondations de son nouveau pays. Et si la nuit était une langue, la seule langue universelle ?


Quand jécris un roman, j’explore une ques­tion qui m’occupe tout entière. Pour Ceux qui partent, c’est ce que provoque l’exil, qu’il soit choisi ou pas. Ma famille, des deux côtés, vient d’ailleurs. Les racines françaises sont fraîches, elles datent de 1900. J’ai vécu moi-même l’exil lorsque j’avais cinq ans, quittant l’Algérie pour La Rochelle.

Après la mort de ma mère, fille d’Italiens émigrés, et ma visite d’Ellis Island, j’ai ressenti la nécessité impérieuse de reconsidérer ce moment si intense de la bascule dans le Nouveau Monde. Langue et corps affrontés au neuf. J’étais enfin prête pour ce travail.

Je suis partie en quête de la révolution dans les corps, dans les cœurs et dans les têtes de chacun des personnages car c’est bien dans cet ordre que les choses se font. La tête vient en dernier. On ne peut réfléchir sa condition nou­velle d’étranger qu’après. Le roman permet cela. Avec les mots, j’ai gagné la possibilité de donner corps au silence.

Sexes, âges, origines différentes. Aller avec chacun jusqu’au plus profond de soi. Cet intime de soi qu’il faut réussir à atteindre pour effectuer le passage vers l’ailleurs, vers le monde. Chaque vie alors comme une aventure à tenter, pré­cieuse, imparfaite, unique. Chaque vie comme un poème.

J’ai choisi New York en 1910 car ce n’est pas encore la Première Guerre mondiale mais c’est le moment où l’Amérique commence à refermer les bras. Les émigrants ne sont plus aussi bien­venus que dix ans plus tôt. L’inquiétude est là. Et puis c’est une ville qui inaugure. Métro, gratte-ciels… Une ville où les femmes seraient plus libres que dans bien des pays d’Europe. Cette liberté, chacun dans le roman la cherche. Moi aussi, en écrivant.

Dans ce monde d’aujourd’hui qui peine à accueillir, notre seule vaillance est d’accepter de ne pas rester intacts. Les uns par les autres se transforment, découvrent en eux des espaces inexplorés, des forces et des fragilités insoup­çonnées. C’est le temps des épreuves fertiles, des joies fulgurantes, des pertes consenties.

C’est un roman et c’est ma façon de vivre.”

 

J. B.

août, 2019
11.50 x 21.70 cm
336 pages


ISBN : 978-2-330-12432-8
Prix indicatif : 21.00€



Où trouver ce livre ?
Ce livre existe également en version numérique

En plus de cette écriture organique appréciée depuis Les Demeurées, l’autrice emprunte au code des tragédies antiques, ponctuant ses chapitres des commentaires d'un choeur universel qui, à la deuxième personne du pluriel, parle de nous et vient rappeler que ces hommes-là font partie d’un même corps : les migrants...Et peut-être nous-même.

Jeanne Thiriet, Pleine Vie

Un roman subtil qui résonne avec l'actualité.

Femme Actuelle Sénior

Poème lyrique, les chapitres se succèdent comme autant de chants chorals qui attirent, enveloppent et charment les êtres.

Chroniques du Pays de Savoie

Entre le roman et la poésie, son travail se déploie et Jeanne Benameur s’inscrit dans un rapport au monde et à l’être humain épris de liberté et de justesse.

Christian Esplandiu, Sud-Ouest

Difficile de refermer Ceux qui partent, dernier roman de Jeanne Benameur, de laisser ses personnages tant ils sont attachants, vivants
et proches de nous.

Midi Libre

Intensité dramatique, souffle poétique et sensualité habitent cette fiction aux accents résolument humanistes.

Sophie Patois, Le Français dans le Monde

La romancière et poète déploie son écriture sensuelle, charnelle pour évoquer la confiance, la quiétude, la liberté dans ce récit choral. Elle rêve d’émigrants accueillis comme des nouveau-nés, pas comme des dangers. L’autrice poursuit son œuvre généreuse avec toujours la même justesse.

Karin Chernoleix, Ouest-France

Un grand roman sur l'exil.

Michel Primault, Femme Actuelle

Jeanne Benameur a réussi un très beau roman, sensible, sobre et poétique, sur des destins de femmes et d’hommes attachants qui ont tous en commun une force de vie et de survie, et le courage de recommencer, d’affronter l’inconnu. A lire d’urgence.

Anne Michelet, Version Femina

 Il y a un charme indéfinissable dans cet ample texte aux allures parfois de prière ou d'incantation. [...] Un monde à conquérir, une liberté à gagner, ouvrent une brèche essentielle au coeur de cette humanité, que les palpitations de la langue de Jeanne Benameur, ces images et sa rythmique, rendent incroyablement présente. Un livre beau et dans l'air du temps.

Blandine Hutin-Mercier, La Montagne/ le Populaire du centre/ le Berry Républicain/ Le Journal du Centre/ La République du Centre