Aller au contenu principal

Un membre permanent de la famille



Un mari humilié qui rôde dans la maison de son exfemme, un serveur déprimé qui invente à une inconnue une vie qui n’est pas la sienne pour la sauver d’un hypothétique désespoir, des hommes et des femmes qui, pour transcender leur existence ordinaire, mentent ou affabulent à l’envi, sous le soleil de Miami ou sous des cieux plus sombres…

Dans ces douze nouvelles d’une extraordinaire intensité et peuplées de personnages cheminant sur le fil du rasoir, Russell Banks, convoquant les angoisses et les tensions où s’abîment les fragiles relations que l’être humain tente d’entretenir avec ses semblables, transmue magistralement le réel et le quotidien en authentiques paraboles métaphysiques.

janvier, 2015
11.50 x 21.70 cm
240 pages

Langue : américain
Pierre FURLAN

ISBN : 978-2-330-03890-8
Prix indicatif : 22.00€



Où trouver ce livre ?
Ce livre existe également en version numérique

Banks est retors.

Tout au long du volume, Banks joue avec nos nerfs et ceux de ses personnages. Et c’est un vrai régal !

Bruno Corty, Le Figaro

Les textes d'Un membre permanent de la famille prouvent que le talent de conteur de l’auteur de De beaux lendemains (…) et d'American Darling (…) étincelle aussi dans l’économie de moyen et la forme courte.

Oiseaux des neiges est un pur bijou.

Banks (…) a l’art du contre-pied.

Une manière très étonnante de ne pas faire basculer ses histoires là où on pourrait l’attendre.

Alexandre Fillon, Livres Hebdo

Comprendre un autre être humain, ses secrets, sa vie intérieure, est impossible. La seule façon que nous avons de les comprendre, c’est la littérature.

Russell Banks, entretien avec Nelly Kaprièlian, Les Inrocks

Russell Banks a le don de conter comment le chagrin devient une réalité tangible.

Tous les personnages se racontent des histoires pour supporter leur quotidien. Banks peint comme personne leurs cœurs qui battent, malgré tout.

Olivia de Lamberterie, Elle

Un braqueur du dimanche, une femme noire victime de racisme ordinaire, une famille pulvérisée… autant de vies brisées que le grand écrivain met en scène avec brio.

Lucas Vuilleumier, Le Matin Dimanche

Tout est magnifique. (...) C’est une des choses les plus belles que j’ai lues récemment.

Olivia de Lamberterie, France Inter, Le masque et la plume

Merci Russell Banks pour ce magnifique recueil de nouvelles qui prouve une fois de plus votre talent.

Nathalie Iris, libraire aux Mots en Marge à la Garenne-Colombes, RTL, Les livres ont la parole

Les scènes où se déploient ses personnages sur le fil du rasoir étincellent de puissance visuelle et d’empathie. Des paraboles sur le sens de la vie.

Madame Figaro, Madame Figaro

Des détails d’investigateur à la Colombo ou au contraire des sentiments humains proprement, justement couchés sur le papier. Voilà la force de la littérature de Banks.

Hommage aussi à Pierre Furlan. C’est vraiment bien traduit.

Pierre de Vilno, Europe 1

Oui, Banks sait décrire le désespoir sans verser dans le pathos. Il sait aussi écrire sans juger.

Un recueil de nouvelles émouvant, que tout le monde devrait lire parce qu’il parle à tout le monde.

Marie Tréhard, Marianne