Aller au contenu principal

Turbans et chapeaux


Ce roman se présente comme un récit parallèle à la chronique de l’historien Jabarti, témoin oculaire de la conquête de l’Egypte par Bonaparte en 1798. Il serait l’oeuvre d’un jeune disciple possédant quelques rudiments de français qui vont lui permettre d’être recruté à l’Institut d’Egypte, en tant que sousbibliothécaire. Il peut ainsi fréquenter des Français, observer de près leurs moeurs, s’informer de leurs idées. Il note ce qu’il voit et entend d’un ton généralement neutre, parfois amusé, et n’hésite pas à consigner ses émois amoureux. On apprend ainsi qu’une Française – et pas n’importe laquelle puisqu’il s’agit de Pauline Fourès, la maîtresse de Bonaparte ! – lui a accordé ses faveurs. Cependant, copiste et informateur de Jabarti, il est aussi au courant de tout ce qui se passe en Egypte, et ne manque pas de dénoncer les crimes commis par les mamelouks et les Ottomans, ou les compromissions des grands “turbans” locaux.

Roman historique, Turbans et chapeaux n’en reste pas moins une oeuvre d’une brûlante actualité. Ecrit lors de l’invasion américaine de l’Irak, il explore, avec la vigueur qui a fait la renommée de Sonallah Ibrahim, l’histoire des relations orageuses entre les Ara bes et l’Occident depuis deux siècles.

février, 2011
11.50 x 21.70 cm
288 pages

Langue : arabe (Égypte)
Richard JACQUEMOND

ISBN : 978-2-7427-9519-2
Prix indicatif : 22.40€



Où trouver ce livre ?

Sonallah Ibrahim offre une version égyptienne de la campagne napoléonienne avec la profondeur et le sens de l’ironie qui lui est propre.

Jean-Marie Dinh, La Marseillaise

Roman historique, Turbans et chapeaux n'en reste pas moins une œuvre d'actualité. Écrit lors de l'invasion américaine de l'Irak, il explore, avec la vigueur qui a fait la renommée de Sonallah Ibrahim, l'histoire des relations orageuses entre les Arabes et l'Occident depuis deux siècles.

Ouest France

L’expédition d’Égypte vue par un apprenti écrivain : un récit historique décalé ou une chronique ironique, par le grand romancier engagé Sonallah Ibrahim.

Loin des partis pris de l’historien, des pudeurs du savant, c’est un grand roman qui se livre à nous.

Un livre plein de sève, d’humour, de sensualité, une réussite totale.

Alban Nicolas, L'Humanité

Turbans et chapeaux est une chronique délicieusement exotique, savoureuse, astiquée comme un cuivre, où l’on comprend pourquoi, depuis cette époque, les relations entre l’Occident et le monde arabe n’ont cessé d’être orageuses.

André Clavel, Lire

Sous la plume de Sonallah Ibrahim, le panache cède la place à la vérité crue et sanglante d’une entreprise de conquête curieusement placée sous le drapeau d’une liberté universelle. Turbans et Chapeaux entretient de nombreux échos avec une actualité brûlante.

Serge Hartmann, Dernière Nouvelles d'Alsace

Sonallah Ibrahim a eu la lumineuse idée de raconter l’expédition d’Egypte du point de vue du petit peuple cairote. (…) Le plaisir que donne ce roman minutieux et documenté, c’est aussi d’arpenter Le Caire de l’époque.

L'immémorial humour égyptien qui relève ce roman historique s'accorde galamment à la grivoiserie française.

David Fontaine, Le Canard enchaîné

L'auteur livre ici une chronique acerbe des relations entre monde arabe et Occident, qui fait largement écho à notre époque contemporaine. C'est drôle et grinçant à souhait.

Afrique Magazine

Sonallah Ibrahim raconte l'expédition d'Egypte comme on ne l’avait jamais fait (…) Il reconstitue minutieusement la vie égyptienne de l'époque.

Aucune emphase, aucun commentaire. On devine bien pourtant le parallèle entre l’expédition d’Egypte et l’occupation américaine de l’Irak, mais c’est au lecteur de le trouver. Dans ces pages très dépouillées, seuls les faits sont censés parler.

Robert Solé, Le Monde des Livres

On entre progressivement dans ce très beau livre, construit sur un mode polyphonique. La précision de l'information historique de Sonallah Ibrahim se combine avec une attention constante de restituer la vie des petites gens du Caire.

La vitalité et l'espoir l’emportent dans ce roman impitoyable mais plein d'une extraordinaire énergie.

Sonia Dayan-Herzbrun, La Quinzaine Littéraire