Aller au contenu principal

Sunset Park


Parce qu’il s’est toujours senti coupable de la mort accidentelle de son demi-frère, Miles s’est banni de sa propre histoire. Il a quitté sa famille, abandonné ses études, et travaille, en Floride, à débarrasser les maisons désertées par les victimes des subprimes. Amoureux d’une fille trop jeune, passible de détournement de mineure, Miles fait bientôt l’objet d’un chantage et est obligé – encore une fois – de partir. Il trouve alors refuge à Brooklyn où son fidèle ami Bing Nathan squatte une maison délabrée, en compagnie de deux jeunes femmes, elles aussi condamnées à la marge par l’impossibilité d’exprimer ou de faire valoir leurs talents respectifs. Désormais Miles se trouve géographiquement plus proche de son père, éditeur indépendant qui tente de traverser la crise financière, de sauver sa maison d’édition et de préserver son couple. Confronté à l’écroulement des certitudes de toute une génération, il n’attend qu’une occasion pour renouer avec son fils afin de panser des blessures dont il ignore qu’elles sont inguérissables…

Avec ce roman sur l’extinction des possibles dans une société aussi pathétiquement désorientée qu’elle est démissionnaire, Paul Auster rend hommage à une humanité blessée en quête de sa place dans un monde interdit de mémoire et qui a substitué la violence à l’espoir.

septembre, 2011
11.50 x 21.70 cm
320 pages

Langue : américain
Pierre FURLAN

ISBN : 978-2-7427-9934-3
Prix indicatif : 23.20€



Où trouver ce livre ?
Ce livre existe également en version numérique

Un des meilleurs romans de Paul Auster. (…) Une construction narrative d’une complexité raffinée et néanmoins si évidente.

Alexis Liebaert, Marianne

Juste et brillant ; Sunset Park est un roman symptôme de notre époque funambule.

Marie-Lucile Kubacki, La Vie

Paul Auster dépeint, avec la belle plume et l’humanité qu’on lui connaît, une Amérique profondément désenchantée.

Françoise Lafaix, L'Yonne républicaine

Sunset park est bien un roman purement austerien, c’est-à-dire le lieu de relation complexes et de réflexions imbriquées au sein d’une histoire campée par de vrais personnages. C’est une promenade dans l’univers de l’écrivain.

Karine Papillaud, Le Point

Aimer et partager plutôt que consommer. (…) Auster tend une main secourable à tous les sacrifiés de la crise et, plus largement, à tous les lecteurs pris de doute devant le chaos annoncé.

Philippe Lecardonnel, Télé 7 Jours

Le formidable Sunset Park montre un grand écrivain capable de donner le meilleur de lui-même. (…) Paul Auster réaffirme son habileté dans la construction, le récit, l’art de distiller le suspense. Il excelle plus que jamais à installer une atmosphère à la fois langoureuse et tendue. (…) Sunset Park se lit comme un roman de la crise et du doute, de la réconciliation avec les siens et soi-même.

Alexandre Fillon, Lire

Incorrigible. C’est pour cela qu’on l’aime.

Eclectique

Un éloge des rebuts.

Alexis Brocas, Le Magazine littéraire

Un sérieux coup de griffe au rêve américain.

Questions de femmes

Ecrit au présent, avec une neutralité de ton qui contraste magnifiquement avec la densité humaine des situations, le roman offre des passages splendides, très concrets et très universels.

Emmanuelle Giuliani, La Croix