San'kia | Actes Sud
Actes Sud Littérature
Lettres russes

Octobre, 2009 / 11,5 x 21,7 / 448 pages


ISBN 978-2-7427-8575-9
prix indicatif : 24, 20€


Où trouver ce livre ?
|

Ce livre existe également en version numérique

San'kia

Zakhar PRILEPINE

San’kia, deuxième roman de Zakhar Prilepine après Pathologies, qui racontait la guerre en Tchétchénie, témoigne du parcours d’une certaine jeunesse russe. Un roman qui se veut le pendant d’aujourd’hui de La Mère de Gorki.
Sacha, militant d’un groupuscule d’extrême gauche, hantise de tous les services de sécurité, vient se réfugier un temps à la campagne auprès de ses grands-parents, après une manifestation qui a mal tourné. Il a cessé de travailler, vit d’expédients chez sa mère, qui se tue à la tâche à l’usine pour un salaire de misère et ne comprend pas les aspirations révolutionnaires de son fils. En plus de ses amis, avec qui il picole énormément, comme son père, mort d’alcoolisme, il y a Yana, une jeune fille responsable de la même organisation, dont il s’est épris.
Arrêté quelques jours plus tard, torturé, humilié, laissé pour mort par la police, Sacha ne peut que se radicaliser davantage.
Anna Politkovskaïa, la journaliste assassinée, avait de la sympathie pour ces jeunes, les seuls à oser affronter, à leurs risques et périls, le pouvoir en place. Des jeunes à qui on ne laisse que la liberté de se fracasser la tête contre les murs et de passer à l’action directe.
“Zakhar Prilepine est à la mode, expliquait un critique russe. Crâne rasé et chemise noire déboutonnée, il pourrait jouer au cinéma un killer ou un anti-killer. Il plaît à tous : aux uns pour son réalisme, aux autres pour un antilibéralisme militant ; aux radicaux de gauche pour son héros révolté, qui hait la société de consommation avec sa liberté d’entreprendre et son délitement social ; aux adversaires libéraux de toutes les révolutions parce que ce héros-là est condamné, et que ces gamins enragés qui cassent les vitrines et brûlent les voitures ne pourront jamais accomplir aucune révolution.” A quoi l’auteur de San’kia répondait d’avance : “La Russie se nourrit des âmes de ses fils, c’est cela qui la fait vivre. Ce ne sont pas les saints, ce sont les maudits qui la font vivre.”
Pas étonnant qu’en quelques années Zakhar Prilepine soit devenu, dans son pays, l’un des écrivains les plus populaires et son roman San’kia un best-seller sur internet.
Zakhar Prilepine est né en 1975 près de Riazan. Il a participé aux deux guerres de Tchétchénie en 1996 et en 1999. Il vit à Nijni-Novgorod, où il est le rédacteur en chef de l’édition régionale de Novaïa Gazeta où Anna Politkovskaïa travaillait, et d’un bureau d’information, Agence des nouvelles politiques. Il soutient la coalition L’Autre Russie. Pathologies (2007) et Le Péché (2009) ont été publiés en français par les éditions des Syrtes.

San'kia

San'kia
Association du méjan

Actes Sud newsletter

Inscription à la newsletter :

newsletter