Aller au contenu principal

Neverhome


Dans la ferme de l’Indiana qui l’a vue grandir, Constance jouit enfin, auprès de son compagnon, d’un bonheur tranquille. Mais lorsque la guerre de Sécession éclate et que Bartholomew est appelé à rejoindre les rangs de l'armée de l'Union, c’est elle qui, travestie en homme, prend sans hésitation, sous le nom d’Ash Thompson, la place de cet époux que sa santé fragile rend inapte à une guerre qu’elle considère comme impensable de ne pas mener.
Ayant perdu la trace de son régiment après une bataille féroce où elle a été blessée, Constance, la rebelle, dépouillée de son uniforme, reprend, au sein de paysages dévastés, le chemin de la ferme, guidée par l’amour infini qu’elle porte à son bien-aimé mais profondément hantée par la violence et l’étrangeté des aventures qui ont marqué sa périlleuse initiation à l’univers impitoyable des champs de bataille et à leurs sordides coulisses.
Abondant en rencontres aux frontières du réel avec les monstres que la guerre fait des hommes et des lieux, ce roman magistral, largement salué par la presse américaine, propose, à travers le parcours de son androgyne et farouche protagoniste immergée dans les ténèbres du chaos, une impressionnante méditation en forme d’épopée sur la fragilité des certitudes et l’inconstance de toute réalité.

septembre, 2015
11.50 x 21.70 cm
272 pages

Langue : américain
Anne-Laure TISSUT

ISBN : 978-2-330-05302-4
Prix indicatif : 22.00€



Où trouver ce livre ?
Ce livre existe également en version numérique
Grand prix de littérature américaine -

Un livre étonnant qui révèle un auteur surdoué. Il marie Georges Perec et le western, c’est dire. (...) Mais une chose est certaine l’auteur, (…), est un sacré écrivain.

François Forestier, L’Obs

 En se glissant dans la peau de Constance, Hunt réussit à approcher l’éternelle étrangeté qu’il y a à être une fille dans un monde conçu pour les hommes, et signe un roman salutairement féministe.

Sylvie Tanette, Les Inrockuptibles

Ce serait réduire ce magnifique roman de Laird Hunt que d’en faire une simple évocation de la guerre de Sécession, la plus meurtrière de l’histoire des Etats-Unis. Neverhome est d’abord un livre où la nature berce les âmes et se fait, au gré des combats, enchanteresse ou carnassière. (…) Quant à Constance, femme soldat, elle vient humblement prendre place parmi les plus beaux personnages de femmes de la littérature américaine.

Gilles Heuré, Télérama

Plus qu’un conteur, Laird Hunt est un porte-voix. Son œuvre dominée par le « je » fourmille de paroles, de femmes, d’hommes, vieux, jeunes, noirs, blancs. Au lecteur de se laisser prendre par le flot, d’accepter de perdre le fil.

Thomas Stélandre, Le Magazine Littéraire

Un regard original porté par une écriture poétique, puissante, et sombre pour un grand roman (…).

Philippe Manche, Le Soir

Aucune complaisance ou apitoiement dans ce récit haletant, poignant, hâbleur, menteur, pudique, qu’on lit éblouit, séduit, et éprouvé. (...) L’alternance des registres permet un portrait puissant, complexe, attachant, qui emporte jusqu’à la terrible fin.

Sophie Creuz, L’Echo

C’est captivant, cruel et beau.

Laird Hunt (…) manie une langue magnifique.

Sous l’uniforme, un cœur palpite !

Service littéraire

Malgré la fureur des combats, son récit est nimbé d’une atmosphère aérienne, délicate et poétique. N’hésitez donc pas à vous lancer à l’assaut !

François Lestavel, Paris Match

Laird Hunt a donné la parole à une femme. Une parole d’une grande justesse.

Christine Pinchart, RTBF

Un roman splendide et bouleversant.

Un de nos coups de cœur de la rentrée.

Caroline Broué, La grande table, France culture

Du même auteur