Les Arabes et l'art du récit | Actes Sud
Sindbad
La Bibliothèque arabe

Janvier, 2009 / 14,0 x 22,5 / 160 pages


ISBN 978-2-7427-8110-2
prix indicatif : 23, 40€


Où trouver ce livre ?
|

Les Arabes et l'art du récit

Une étrange familiarité

Abdelfattah KILITO

Fécondité d’un malentendu : alors que les Arabes se considéraient depuis toujours comme “le” peuple poète, les Euro péens leur ont décerné la palme du récit.
Ainsi, Cervantès attribue la paternité de Don Quichotte à un historien arabe, et Antoine Galland note que Les Mille et Une Nuits “font voir de combien les Arabes surpassent les autres nations en cette sorte de composition”. Ces derniers ne s’en rendront compte que vers le milieu du XIXe siècle, lorsqu’ils constateront l’extraordinaire fortune du livre des Nuits, traduit à partir de Galland dans toutes les langues européennes. Ayant adopté le roman, la nouvelle et le théâtre, formes qui leur étaient jusqu’alors étrangères, ils ont été amenés à reconsidérer leur tradition littéraire. Tout le monde, fi nalement, a trouvé son compte dans la récupération, la réinter pré ta tion et la revalorisation du corpus narratif ancien. La litté rature arabe, régénérée grâce à l’“épreuve de l’étran ger”, est désormais inséparable de la littérature euro péenne.
Abdelfattah Kilito est né, en 1945, à Rabat. Professeur à la faculté de lettres de cette ville, il a enseigné aussi à Paris, Princeton et Harvard. Il est l’auteur d’une dizaine d’essais, dont Les Séances (Sindbad, 1983), L’Auteur et ses doubles (Le Seuil, 1985), L’OEil et l’Aiguille (La Découverte, 1992), ainsi que d’un roman, La Querelle des images (Casablanca, Eddif, 1985) et d’un recueil de nouvelles, En quête (Fata Morgana, 1999). Son essai, Tu ne parleras pas ma langue, a paru chez Sindbad en 2008. Abdelfattah Kilito a obtenu, en 1989, le Grand Prix du Maroc et, en 1996, le prix du Rayonnement de la langue française attribué par l’Académie française.



Association du méjan

Actes Sud newsletter

Inscription à la newsletter :

newsletter