fbpx La Maison allemande | Actes Sud Aller au contenu principal

La Maison allemande


Best-seller dès sa parution, immédiatement traduit dans de nombreux pays, La Maison allemande nous fait éprouver le traumatisme et la révolte d’une génération qui a eu vingt ans dans les années soixante et s’est trouvée confrontée au refus de mémoire dans l’Allemagne de l’après-guerre.

L’héroïne du roman, Eva, fille des propriétaires d’un modeste restaurant de Francfort-sur-le-Main, s’apprête à se fiancer avec un jeune héritier de la ville quand débute le “second procès d’Auschwitz” (1963) où doivent être jugés les crimes des dignitaires nazis. Eva a suivi des études d’interprète, elle maîtrise la langue polonaise : le tribunal la contacte pour lui proposer d’assurer, durant les audiences, la traduction instantanée des dépositions que feront les survivants du camp.

Ignorant tout de ce passé, bravant les vives réticences de ses propres parents et celles de son fiancé, Eva décide de suivre son instinct et d’accepter cette mission.

S’ouvre alors devant elle le long chemin d’une prise de conscience qui engage sa famille, mais qui concerne également toute la société de son temps.

Porté par un regard de cinéaste et mené tambour battant, ce roman captive par sa justesse, son efficacité, son empathie avec une jeune femme en pleine construction de son individualité, dans un pays où la reconnaissance du passé engage profondément l’avenir.

octobre, 2019
11.50 x 21.70 cm
400 pages

Langue : allemand
Stéphanie LUX

ISBN : 978-2-330-12695-7
Prix indicatif : 23.00€



Où trouver ce livre ?
Ce livre existe également en version numérique

Mené de main de maître [...] le roman met en scène une population qui freine des quatre fers devant l’éclosion de la vérité et des personnages dont le passé imprévisible ressurgit.

Virginie Bloch-Lainé, Libération

L’auteur excelle dans le récit familial qui interroge sur l’acceptation du passé. Enlevé et émouvant.

Sylvie Bullo, Télé Loisirs

Captivant premier roman. [...] On est soudain effaré au fil des pages de réaliser à quel point, dans l'Allemagne des années 60, l'heure est encore à la volonté d'oubli…

Valérie Susset, L’Est Républicain

Ce roman poignant se lit dans un souffle, tant son intrigue captive.

Elodie Ressayre (Librairie Les lisières), Page des libraires

Ce premier roman est remarquable de bout en bout.

Ariane Bois, L'Arche

Un roman qu’on ne lâche pas.

Élise Fischer, Blog Lili au fil des pages

Nous ne vous dévoilerons rien de ce roman absolument époustouflant. Un conseil, lisez-le.

Librairie Tome 7, Onlalu.com

Annette Hess restitue la violente prise de conscience d’une génération atterrée par la complicité, volontaire ou involontaire, de la population allemande avec le régime nazi.

Véronique Cassarin-Grand, L’Obs

Un roman prenant et passionnant sur le devoir de mémoire, la construction personnelle et la transmission du passé.

Héloïse Goy, Télé 7 Jours

A lire et conseiller d’urgence !

Emmanuelle Lorriaux, Le Suricate Magazine

Annette Hess sonde sans complaisance ni manichéisme une société pleine de non-dits sur le point d’éclater. Un instantané saisissant de justesse. 

Isabelle Mity, HISTORIA

Pas de pause, le lecteur est happé par la prose rythmée d'Annette Hess et les rebondissements de son récit. 

Virginie Jannière, CNEWS.FR

Du même auteur