Aller au contenu principal

Des chaussures pleines de vodka chaude


Onze nouvelles qui passent sans crier gare du comique au tragique où Zakhar Prilepine, à sa façon – brutale et somptueuse –, parle des femmes, des “potes”, de l’amour, de l’amitié, de la trahison, de la guerre, de comment on devient un homme, de la campagne russe qui se meurt…

Les héros de ces histoires de voitures déglinguées, de chien qu’on s’apprête à manger bravement, de filles délurées, de patrouilles en Tchétchénie, de chaussures trop étroites… sont des jeunes gens “paumés” dans la nouvelle Russie.

“Attablés ou non devant un verre, on se parlait avec cette bonté tendre, cette attention affectueuse qu’on ne rencontre que quand on est gosses, lorsque, âgés d’une douzaine d’années, après une bonne partie de pêche, une belle averse généreuse dont on avait essayé de se protéger sous des buissons peu efficaces qui nous égratignaient, on marchait en compagnie d’un copain complètement oublié depuis, à travers une prairie d’une beauté insoutenable, et que l’immense joie du monde nous avait, pour la dernière fois peut-être, rendus bons, honnêtes, joyeux, et pas du tout, mais alors pas du tout adultes.

” Il y a un ton “Prilepine”, à coup sûr celui d’un grand écrivain.

octobre, 2011
11.50 x 21.70 cm
192 pages

Langue : russe
Joëlle DUBLANCHET

ISBN : 978-2-7427-9620-5
Prix indicatif : 20.10€



Où trouver ce livre ?
Ce livre existe également en version numérique

Prilepine dérange, tant par son opposition à Poutine que par ses écrits rugueux et peu complaisants. La Russie qu’il décrit avec un réalisme cru est dure, brutale, et pourtant terriblement attachante.

Le Monde des livres

Prilepine s’inscrit dans la tradition de la littérature russe par son écriture et par le mépris de la vie et de l’argent, par le fatalisme, l’absence d’espoir, l’amour immodéré de la Russie, la fierté de souffrir d’elle et pour elle.

Christine Mestre, Le Figaro

Du même auteur