fbpx Fabio Ponzio - A l'est de nulle part | Actes Sud Aller au contenu principal

Fabio Ponzio - A l'est de nulle part


Herta MULLERPréfacier

A l’est de nulle part nous propose une vision poétique de la persévérance humaine et montre la réalité de la vie quotidienne en Europe centrale et orientale avant et après la chute du mur de Berlin.

En 1987, Fabio Ponzio se lance dans une odyssée photographique à travers l'Europe centrale, orientale et le Caucase. Partant d'Istanbul, il se dirige vers la Pologne et découvre au fil de son voyage les magasins vides, les longues files d'attente pour acheter les produits de première nécessité et des pays sur le point de s'écrouler. A l'automne 1989, alors que les différents régimes des pays communistes, de Budapest à Bucarest, commencent à s'effondrer, tout change. 

Au fil des ans, équipé d'un Leica, de trois Nikon et de 100 rouleaux de film, Fabio Ponzio est retourné inlassablement dans les villages et les villes de l’Europe de l’Est, s’efforçant de documenter les multiples visages des peuples de cette région et les innombrables facettes de leur existence. Ses images témoignent de la pauvreté endémique et de l’oppression généralisée qui marquèrent les dernières années des régimes communistes, et du mélange d’énergie, d’espoir, d’incertitude et de désolation absolue provoqué par leur effondrement. Son œuvre nous offre une vision poignante et extrêmement empathique de l’existence humaine – des traditions et de la foi profonde, de l’humilité et du courage, du sacrifice et de l’instinct de survie de ces populations de l’Est.

A partir d’un ensemble de photographies jamais publiées jusqu’alors mais primées, A l’est de nulle part  apporte un éclairage inédit sur les frontières physiques et idéologiques existant entre l'Europe occidentale et orientale.

Dans sa préface, Herta Müller, romancière, poétesse et essayiste allemande d’origine roumaine, lauréate du prix Nobel de littérature en 2009 raconte, à travers ses souvenirs, la bascule entre les deux régimes.

Fabio Ponzio est photographe, lauréat du prix européen de la photographie décerné à Arles par Kodak (1991), du prix de la fondation Mother Jones pour la photographie documentaire (1993) et du prix Oskar Barnack décerné par Leica (1998).

février, 2021
23.00 x 29.00 cm
158 pages

Frédérique POPET
Claire OLIVEIRA, DE

ISBN : 978-2-330-13311-5
Prix indicatif : 39.00€



Où trouver ce livre ?

Fabio Ponzio raconte en noir et blanc vingt ans d’odyssée photographique à travers l’Europe centrale et orientale et le Caucase, à la bascule du communisme.

Isabelle de Lagasnerie, LA CROIX

La proximité avec les sujets atteste d’une profonde empathie de la part de l’auteur. La fabrication exemplaire (mise en page et impression) et la rigueur des cadrages font de ce livre un recueil documentaire de haute qualité, effectué dans la difficulté, Ponzio ayant consenti d’importants sacrifices sur le plan personnel pour le mener à bien, dans le plus grand dénuement.

Benjamin Favier, LE MONDE DE LA PHOTO

On reste bouche bée devant les photos de Fabio Ponzio (…) qui a passé vingt-deux années à arpenter l'Europe centrale et orientale, relatant dans un noir à vif les espoirs et incertitudes des classes laborieuses avant et après l'effondrement du communisme.

CHASSEUR D'IMAGES

Ses images témoignent de la pauvreté endémique et de l’oppression généralisée qui marquèrent les dernières années des régimes communistes mais aussi du mélange d’énergie, d’espoir, d’incertitude et de désolation absolue provoqué par leur effondrement.

BAZ'ART

Des photos puissantes, soulignées par une préface de Herta Müller, Prix Nobel de littérature. Un futur classique. (…) A l’est de nulle part est un petit trésor. Sobre, la maquette met en valeur une sélection concise et efficace ; il n’y a pas une seule image en trop.

Oanell Terrier, POLKA

Dans l’appel d’air créé par la chute du Mur de Berlin, le photographe italien Fabio Ponzio a parcouru l’Europe centrale, poussant toujours plus loin, jusqu’au Caucase. Une odyssée de l’image étalée sur 20 ans restituée dans un livre à la beauté mélancolique.

Serge Hartmann, DNA

À l'Est de nulle part reflète un regard capable de saisir l'âme de ceux qu'il rencontre ou croise. La justesse du cadrage, la finesse du propos en noir et blanc accrochent, retiennent le regard.

Christine Coste, L'OEIL

Ses photographies en noir et blanc, marquées de dureté et de force et jamais publiées jusqu'à maintenant, témoignent de la pauvreté endémique et de l'oppression généralisée qui ont marqué les dernières années des régimes communistes. Poignant.

Coline Gilbert et Agnès Grégoire, PHOTO

La complexité de ses compositions offre un regard poétique sur ce monde oppressé où l’adversité règne, mais que le photographe cherche à sublimer.

Sabyl Ghoussoub, BLIND

Bien plus qu’un récit photographique, c’est un itinéraire à la fois géographique et charnel, un beau livre imprégné de poésie et d’émotions.

Albert Huber, REFORME

Son œuvre offre une vision poignante de l'existence humaine - des traditions et de la foi profonde, de l'humilité et du courage, du sacrifice et de l'instinct de survie de ces populations.

LA GAZETTE NORD-PAS-DE-CALAIS

Un témoignage poignant et bienvenu car les images charbonneuses du Milanais sont si belles qu’elles pourraient presque faire passer au second plan le contexte et ses horreurs.

Renaud Labracherie, LES NUMERIQUES

Du même auteur