Aller au contenu principal

Le Grand Partout


Hymne à la clandestinité et au voyage qui fait respirer l’air du réel, hommage à la grande tradition des hobos de la vieille Amérique se déplaçant illégalement à bord des trains de marchandises, célébration d’une culture en voie de disparition où se fonde une société aussi invisible que solidaire fédérée par le seul désir de partir – et, en général, malheureuse en amour – Le Grand Partout invite à reconquérir, à travers le déplacement géographique, des espaces mentaux vitrifiés par l’évolution des sociétés contemporaines pour renouer avec l’“émerveillement” vital prodigué par l’énergie de l’aventure et du danger au coeur d’une beauté sauvage et inentamée.

Accompagné de son ami Steve Jones, William T. Vollmann, sur les traces de ses pairs – de Twain à London en passant par Thoreau, Hemingway, Thomas Wolfe ou Kerouac –, se fait, à son tour, “clochard céleste” pour se confronter à la vérité profonde de son propre désir d’Amérique. Au fil de pages splendides et inspirées qui réinventent la légende du Grand Ouest, Vollmann compose ici une ode magistrale à la liberté où la question “où suis-je ?” devient la réponse à la question “qui suis-je ?”

octobre, 2011
14.50 x 24.00 cm
256 pages

Langue : américain
Clément BAUDE

ISBN : 978-2-7427-9942-8
Prix indicatif : 22.40€



Où trouver ce livre ?

William T. Vollmann est un grand explorateur des tréfonds de la société américaine. (…) Tous saluent la puissance de sa voix et la vigueur de son style.

Books

Son récit ne nous émeut que parce que, précisément, il s’avoue, chemin faisant, pour ce qu’il est resté au fond de lui : un fou. Heureux les fous, la littérature leur appartient.

Gérard Guégan, Sud Ouest

L’occasion en tout cas, pour le génial William T. Vollmann, de donner libre cours à son style inégalable, d’une puissance poétique rare.

Didier Jacob, Le Nouvel Observateur

Intelligemment forgé (…) Le Grand partout désigne l’Amérique infinie contemplée depuis un wagon en mouvement, qui offre en tout lieu la possibilité d’une existence nouvelle.

Alexis Brocas, Le Magazine littéraire

Le Grand Partout n’a pas vraiment de début ni de fin. On peut le picorer, comme on pioche dans un dictionnaire.

Catherine Simon, Le Monde des livres

Le Grand Partout est un de ces textes implacables, et qui s’inscrit dans la lignée de Mark Twain, Jack London ou encore Jack Kerouac. […] Avec William T. Vollmann, la légende des hobos est perpétuée – presque magnifiée dans cette vie, dans cette aventure où le destin est immanquablement ignoble, détestable, dangereux.

Serge Bressan, Le Quotidien

Le Grand Partout chante la quête d’une Amérique rude et authentique.

Adrien Gombeaud, Les Echos