Un centaure au crépuscule | Actes Sud
Actes Sud Nature
Arts équestres

Mai, 2016 / 11,5 x 21,7 / 192 pages


ISBN 978-2-330-06062-6
prix indicatif : 19, 00€


Où trouver ce livre ?
|

Un centaure au crépuscule

Alexis L'Hotte (1825-1904)

Nicolas CHAUDUN

Le général Alexis L’Hotte passe pour le plus orthodoxe promoteur de l’équitation classique française, aujourd’hui inscrite au patrimoine immatériel de l’humanité. Elève chéri de deux fameux écuyers antagonistes, François Baucher, « l’artiste sublime », et le comte d’Aure, « le plus parfait centaure », L’Hotte se voit crédité d’une synthèse illusoire de l’enseignement des deux maîtres.
En vérité, il a pioché chez l’un et chez l’autre au gré des situations sans pour autant échafauder une véritable doctrine. Son « Calme, en avant, droit » peut orienter une quête ; il ne fonde pas une méthode.
Beau, élégant jusqu’à la coquetterie, sobre et précis, L’Hotte subjugua tous les cavaliers qu’il eut à former, à Saint-Cyr comme à Saumur. Il fascina la cour impériale, se fit encore du tout jeune Lyautey un admirateur indéfectible… Il demeura néanmoins un maître avare de conseils. Quant il mettait pied à terre, c’était aussitôt pour prendre des notes, debout à son plan de travail, solitaire et silencieux. Et, paradoxalement, cette distance accrut son prestige. Pour le reste, le général ne combattit jamais, ce qui le distingue notoirement de tous ses frères d’armes. Il n’en fut pas moins autorisé à prononcer des avis définitifs – et parfaitement rétrogrades – sur les nécessaires mutations de la cavalerie militaire ; légitimiste notoire, il n’en fut pas moins le « fusible » de ministres républicains… Jamais, enfin, il ne pressentit le naufrage de la civilisation équestre.
Un pédagogue taciturne, un soldat sans guerre, un politique fourvoyé, ce pourrait être un peu court. Cependant l’impeccable parcours de l’écuyer se confond avec l’histoire de la question équestre au XIXe siècle. Or jamais jusqu’alors la question n’avait à ce point obnubilé les esprits. En effet, le paradoxe mérite d’être relevé, le « siècle de l’industrie » fut aussi, et d’abord, presque, celui du cheval.
Editeur d’art, historien, documentariste, Nicolas Chaudun est notamment l’auteur d’une biographie du baron Haussmann qui fait référence, ainsi que de deux récits historiques : L’Eté en enfer, plusieurs fois primé, et Le Brasier, élu meilleur livre d’histoire de l’année 2015 par le magazine Lire. Par ailleurs, son essai consacré au portrait équestre dans la peinture occidentale, La Majesté des centaures, avait obtenu le prix Pégase en 2007. L’essentiel de son œuvre est publié chez Actes-Sud.

Ce livre accompagne un colloque sur le général L'Hotte qui se tiendra au Service historique de la Défense à Vincennes le 24 mai 2016, sous la présidence de Daniel Roche, professeur au Collège de France.



Thierry Clermont , Le Figaro Littéraire

« Malgré le peu d'empathie que suscite ce personnage sombre et ombrageux, Nicolas Chaudun est parvenu à en dresser un portrait passionnant, traversé par la question des arts équestres au XIXe siècle. Bientôt, le «temps des équipages» allait connaître son inéluctable crépuscule. Un siècle après la disparition d'Alexis L'Hotte, l'équitation de tradition française était inscrite par l’Unesco au titre de patrimoine immatériel de l'humanité.  »


Association du méjan

Actes Sud newsletter

Inscription à la newsletter :

newsletter