Aller au contenu principal

La Longue Marche (EPUB)

La Longue Marche (EPUB)


Un homme d’une trentaine d’années trouve la force de tout quitter pour fuir l’emprise économique et sociale d’Istanbul. Un matin il disparaît, entame une longue marche à travers la capitale, un périple au cours duquel il va apprendre à survivre dans le dénuement le plus extrême. Après de nombreuses aventures, au fil de rencontres d’une grande richesse ou d’une absurde violence, il parvient à trouver la sortie de la ville, traverse le Bosphore et marche jusqu’à la montagne. Dans les paysages grandioses de l’Est de la Turquie, l’homme s’arrête, enfin seul. Sa lutte pour la liberté est terminée, il apprend le silence et l’autarcie, le rythme des saisons. Dans l’infini de ses pensées, il survit. Mais aux abords de son territoire il trouve une enfant blessée qui incarne la langue de sa propre histoire.

Ce roman propose un questionnement sur l’identité dans les sociétés urbaines contemporaines, sur les origines inconnues ou enfouies dans les replis du monde et de l’histoire. L’écriture, d’une remarquable efficacité, place Ayhan Geçgin entre Patrick Modiano et Yannick Haenel.


11,5 x 21,7 cm
240 pages


ISBN : 978-2-330-13176-0
Prix indicatif : 16.99€



Où trouver ce livre ?

Le livre est […] de ceux qui frappent l’attention par une écriture visuelle très envoûtante et par l’audace de ses questionnements et prises de position.

Monique Verdussen, Arts Libre (La Libre Belgique)

Premier roman traduit en France d’Ayhan Geçgin, né à Istanbul en 1970, La Longue Marche est le récit puissamment incarné d’un exil volontaire. Il y a quelque chose de La Faim de Knut Hamsun dans ce périple initiatique au coeur duquel les allusions à des réalités politiques et historiques turques ont des échos universels. C’est aussi pour cela que le portrait
de cet homme qui s’éloigne, à bout de forces, mais ne cédant pas au renoncement, nous touche autant.

Christian Authier, Le Figaro Magazine

Une réflexion identitaire [...] menée par Ayhan Geçgin. L’auteur [...] y insuffle un mélange de philosophie et de poésie minimaliste.

Kerenn Elkaim, Livres Hebdo