Orphelins de Dieu (EPUB) | Actes Sud
[Actes Sud] Littérature
Domaine français

Août 2014


ISBN 978-2-330-03630-0
prix indicatif : 7, 49€

Prix du Livre Corse - 2015
Prix révélations de la SGDL - 2014

Où trouver ce livre ?
|

Orphelins de Dieu (EPUB)

Marc BIANCARELLI

Résolue à venger son frère, à qui une barbare fratrie de canailles sans foi ni loi a tranché la langue sans oublier de le défigurer, Vénérande, jeune paysanne au cœur aride, s’adjoint les services de l’Infernu, tueur à gages réputé pour sa sauvagerie. Ensemble, ils s’embarquent à travers les montagnes corses du XIXe siècle dans une bouleversante et sanguinaire épopée peuplée d’hommes sans dieu et condamnés par la misère à ne vivre que dans le chaos des armes.
Un puissant western mythologique où éclate la fantastique démesure de toutes les funestes gestes guerrières au fil desquelles s’écrit l’histoire de l’humanité.

Orphelins de Dieu (EPUB)

Pierre Maury, Le Soir

« De ripailles en crimes, le roman s' élève dans le maquis jusqu'à prendre la dimension d'un destin implacable, dans le sang et la douleur.  »


Veneranda Paladino , Dernières nouvelles d'Alsace

« Écrit en français par le poète, romancier et dramaturge corse Marc Biancarelli, Orphelins de Dieu revivifie une mémoire marquée par la violence à laquelle sur le mode du western, du récit épique, il arrache une déchirante humanité.   Une équipée sauvage dont personne, surtout pas le lecteur, ne sort indemne. D'une mémoire archaïque, l'écriture de Marc Biancarelli arrache telle la lame du couteau de l'Infernu, tueur à gages réputé pour sa sauvagerie, généreuse, tranchante dans le vif, affûtée à merveille, ce western captivant.   Il y a dans Orphelins de Dieu une pulsation, une densité des personnages, une intensité des émotions telle que l'on croirait lire un conte moderne à l'archaïque lignage. L'innocence le dispute à l'intelligence, la langue puissante y travaille l'innommable vilenie humaine.  »


La Dépêche du Midi

« Un grand roman d'aventures basé sur une épopée réelle des bandits corses.  »


Emmanuelle Caminade, La cause littéraire

« Un roman puissant aux accents épiques et aux interrogations philosophiques se présentant aussi comme une vaste rêverie plongeant dans la mémoire des hommes pour nous inviter à la réflexion.(…) Une écriture très visuelle qui brosse les paysages et les portraits en puissantes touches et saisit avec fulgurance les scènes d’action dans un rendu très cinématographique.(…) Orphelins de Dieu emporte ainsi le lecteur dans ses méandres avec une force inéluctable et sereine n’excluant pas les remous et les turbulences. Ravivant la mémoire et « imprimant la légende » de tous ces combattants oubliés des causes perdues – des Corses bien sûr mais plus largement des hommes de tout temps et de tout lieu que la misère et l’injustice ont poussés au pire, Marc Biancarelli transcende le réel en donnant à son roman la dimension des grands récits fondateurs. (…) Un roman expiatoire et libérateur rendant également humblement hommage à tous ces poètes vénérés qui accompagnèrent l’auteur dans ce livre comme (toutes proportions gardées) Virgile soutint Dante dans la difficile entreprise de sa Comédie.  »


Ouest-France

« Un puissant western mythologique ou éclate la fantastique démesure de toutes les funestes gestes guerrières au fil desquelles s'écrit l'histoire de l'humanité.  »


Christophe Laurent, Corse Matin

« Le romantisme, « le Mériméisme » comme l'appelle Biancarelli est foulé aux pieds, déchiré comme une vieille carte postale fanée. Le bandit d'honneur est ici une crapule violente, faisant régner la terreur dans son île. Et il rejoint ainsi, une veine de la littérature américaine qui a montré la conquête de l'Ouest sous son vrai jour sanglant injuste, impitoyable. Le lecteur, en fermant Orphelins de Dieu, songe ainsi a Méridien de sang et sa bande de soldats perdus oeuvre majeure de Cormac McCarthy.  »


Hubert Artus, Lire

« C'est un roman de mâle, de mal, qui devient un roman de femme, car c'est elle qui finalement prend le pouvoir. Tout au long d'un cheminement (vengeur et narratif) hanté par les ombres, rythmé par les meurtres, et écrit dans une langue âpre et acérée, Biancarelli montre une parfaite tenue de ses personnages, dans un récit qui doit autant au western qu'au roman des espaces.  »


Marie Chaudey, La Vie

« Aventure spirituelle au sens large, un passionnant récit - historiquement très étayé - sur les origines de la violence en Corse.  »


Pages des Libraires

« Un roman à la beauté sombre, offrant une vision sans concession de la cruauté qui habite chacun d'entre nous. L'un des grands livres de cette rentrée!  »


Jean-Claude Perrier, Livres Hebdo

« Un western épique et métaphysique, dans une langue âpre et lyrique.   II ne manque plus qu'un Sergio Leone corse pour en faire un film, en V.O. corse.  »



Association du méjan

Actes Sud newsletter

Inscription à la newsletter :

newsletter