Les femmes sont des guitares (dont on ne devrait pas jouer) (EPUB) | Actes Sud
Jacqueline Chambon
Hors collection

Septembre 2017

traduit de l'allemand par : Stéphanie LUX
ISBN 978-2-330-08740-1
prix indicatif : 20, 99€

Prix Transfuge du meilleur roman germanophone - 2017

Où trouver ce livre ?
|

Les femmes sont des guitares (dont on ne devrait pas jouer) (EPUB)

Clemens J. SETZ

Dans une clinique pour personnes mentalement déficientes, la jeune Natalie devient la soignante d’Alexander, un malade difficile qui ne se déplace qu’en chaise roulante. Chaque semaine, Christoph lui rend visite, celui-là même dont il a détruit la vie en le poursuivant de son amour, avec une telle violence que la femme de Christoph s’est suicidée. Ces visites régulières sont-elles l’expression de sa pitié ou bien, comme le soupçonne Natalie, les prémisses d’une vengeance à venir ?
Héroïne inoubliable : insolente, libre, borderline et attachante, Natalie devient la spectatrice
d’une fascinante mise en scène où le sadisme touche à l’ingéniosité. Une plongée dans l’univers
étrange et inquiétant, méchamment drôle et terriblement intelligent, du surdoué Clemens J. Setz.

Les femmes sont des guitares (dont on ne devrait pas jouer) (EPUB)

Oriane Jeancourt Galignani, Transfuge

« Quand Foster Wallace rencontre Thomas Bernhard. Setz est un pur enfant de Jelinek et de Schnitzler, d’une tradition autrichienne qui se penche sur le mal physique pour faire voir l’état de décomposition de l’esprit individuel et de celui de l’époque. Lire ce roman de bout en bout revient à traverser un nuage en avion : on avance page après page, ne sachant pas où l’on va, on a conscience de la beauté du périple, de la force de l’expérience, on est un peu secoué, l’on ignore quel pays l’on survole, à quelle altitude l’on se situe, mais on se sent à l’aise dans ce gaz ouaté, à la forme enfantine, jamais vu ainsi, de l’intérieur.  »


Stéphanie Lux, Le Matricule des anges

« Il y est question d’un jeune stalker, Alexander Dorm, qui a fait basculer la vie de sa victime, Christopher Hollberg, quelques années auparavant. Bien sûr, l’histoire se passe dans l’institut médicalisé où vit le jeune homme, une probable vengeance tisse ses fils, et Natalie, la jeune auxiliaire-héroïne (héroïque), se perd dans l’arrangement qui lie le client à son ancienne victime et unique visiteur. Mais ce roman est avant tout férocement drôle et inventif, furieusement poétique, si bien qu’à lier cette sorte d’enquête que mène Natalie pour avoir le fin mot de l’histoire, les possibilités de l’esprit semblent infinies, littéralement en expansion. Cette année, je l’ai passée aux côtés de l’héroïne, Natalie, perdue dans une histoire plus vaste et plus méchante qu’elle (…). Ce roman foisonnant se définit tout autant par la myriade de digressions animalières, ésotériques ou science-fictionnelles qui le parcourent, ainsi que par les jeux divers sur la langue.  »



Association du méjan

Actes Sud newsletter

Inscription à la newsletter :

newsletter