La chambre de l'araignée (EPUB) | Actes Sud
Actes Sud Littérature
Mondes arabes

Avril 2019 / 320 pages

traduit de l'arabe (Égypte) par : Gilles GAUTHIER
ISBN 978-2-330-12221-8
prix indicatif : 16, 99€


Où trouver ce livre ?
|

La chambre de l'araignée (EPUB)

Mohammed ABDELNABI

En mai 2001, dans un bar flottant sur le Nil, le Queen Boat, la police égyptienne arrêta cinquante-deux homosexuels qui seront inculpés d’outrage aux bonnes mœurs et d’hérésie. Hani Mahfouz fut incarcéré le jour même de la rafle alors qu’il se promenait en compagnie de son ami Abdelaziz. Il passa en prison plusieurs mois d’incessantes humiliations et en sortit brisé, physiquement et moralement, et ayant perdu la parole. Reclus dans une petite chambre d’hôtel, où seule une araignée comblait sa solitude, il entreprit de consigner son histoire depuis son enfance, la croisant avec celles de ses compagnons d’infortune durant son arrestation, tous victimes de l’incompréhension de leurs proches et d’un rejet social quasi unanime…
Le grand mérite de La Chambre de l’araignée n’est pas seulement d’explorer en profondeur, et pour la première fois, la condition homosexuelle en Égypte, mais aussi de le faire dans une langue toute en retenue, en évitant les clichés et les anachronismes.



Philippe Chevilley, Les Echos

« Écrit dans une langue élégante, volontiers lyrique, La Chambre de l’araignée est davantage un plaidoyer humaniste qu’un brûlot. [..] Son roman est une invitation à la tolérance. L’oeuvre inspirée d’un écrivain courageux.  »


Guillaume Perilhou, Têtu

« Un écrivain aussi réservé que courageux.  »


Christophe Martet, Komotid.fr

« Avec La Chambre de l'araignée, Mohammed Abdelnabi signe un roman puissant sur la vie des gays en Égypte. [...] Cette plongée au cœur de la vie gay cairote possède une force magnétique rare.  »


Fanny Arlandis, Télérama.fr

« Inspiré d’un fait réel glaçant, le roman La Chambre de l’araignée explore le thème de la persécution des homosexuels en Egypte.  »


Jean Claude Perrier, Livres Hebdo

« Derrière l’histoire, c’est tout un aspect de la société égyptienne qui se dévoile, où « Les Chéris » ne sont pas tous les jours à la fête. Les journalistes, les écrivains, les opposants politiques non plus.  »



Association du méjan

Actes Sud newsletter

Inscription à la newsletter :

newsletter