L'Esprit Mingei au Japon | Actes Sud
Actes Sud Beaux Arts
Hors collection

Septembre, 2008 / 19,5 x 25,5 / 144 pages
Coédition Musée du quai Branly

traduit du français par : Sophie REFLE, Anne BAYARD-SAKAI, Shinzo OGYU, Veronique PERRIN, Anne REGAUD-WILDENSTEIN, Teiko UTSUMI
ISBN 978-2-7427-7849-2
prix indicatif : 25, 40€


Où trouver ce livre ?
|

L'Esprit Mingei au Japon

Germain VIATTE
Ryu NIIMI

“Il doit être modeste mais non de pacotille, bon marché mais non fragile. La malhonnêteté, la perversité, le luxe, voilà ce que les objets mingei doivent au plus haut point éviter :ce qui est naturel,sincère,sûr,simple, telles sont les caractéristiques du mingei.” Soetsu Yanagi, L’Idée du mingei, 1933 Dans la présentation de ses collections permanentes, le musée du quai Branly a souligné les qualités esthétiques et techniques de traditions locales qui, dès le moment de leur collecte, se trouvaient menacées par l’uniformisation de la mondialisation. En refusant de privilégier le luxe et le paraître, le mouvement mingei, entraîné par le penseur Soetsu Yanagi et soutenu par une nouvelle génération d’artistes-artisans, s’est efforcé dès les années 1920 de révéler la beauté des objets d’usage quotidien et leur dimension spirituelle. Il s’est aussi préoccupé des conditions du développement futur de l’artisanat. Cette prise de conscience collective, qui ne refusait pas le modernisme et qui a bénéficié de la venue au Japon de Bruno Taut, de Charlotte Perriand et d’Isamu Noguchi,s’est exprimée dans certains aspects du design dès l’après-guerre où l’action de Sori Yanagi, fils de Soetsu, a été déterminante.

L'Esprit Mingei au Japon

L'Esprit Mingei au Japon
Association du méjan

Actes Sud newsletter

Inscription à la newsletter :

newsletter