Aller au contenu principal

Dernier acte



Pour son deuxième ouvrage, Antoine Herscher a choisi de photographier des lieux, des objets, des ruines, des constructions… laissés à l'abandon, isolés dans quelque coin perdu par la nature. A travers l’objectif de son appareil, il révèle le talent destructeur de l’Homme, le tueur de la nature, l’assassin de ses propres constructions. Il s'explique lui-même : “Ce sont les empreintes et les témoignages qui se dégagent de ces lieux oubliés  qui me fascinent, devenant des scènes hors du temps. L’homme n’est pas présent, mais on le devine partout.”

novembre, 2019
25.50 x 19.60 cm
112 pages


ISBN : 978-2-330-12517-2
Prix indicatif : 32.00€



Où trouver ce livre ?

Avec poésie et humour, Antoine Herscher se penche sur le décalage inhérent aux paysages, entre ce qui reste et ce qui était.

Magazine de l'air

Dans l’objectif du photographe émergent des scènes et des décors oniriques, parfois inquiétants, toujours poétiques, où chacun peut s’inventer et se raconter des histoires.

Claire Gilly, LeMonde.fr

Comme il a réussi hier à faire sortir de l’anonymat une soixantaine de végétaux de chair, Antoine Herscher fait revivre aujourd’hui des lieux oubliés, perdus dans le réel.

Gil Lorfèvre, MIDI LIBRE

Une sorte de romantisme teinté de décadence allié à une esthétique ultra-contemporaine. C’est ce qui fait la force du livre d’Antoine Herscher.

Caroline Stevan, Le Temps

Son dernier acte témoigne de l’action de l’homme sur la nature et de sa propension à la détruire. […] Et pourtant, dans ces photos prises en France et en Espagne, il en offre une vision délibérément solaire.

Humanité Dimanche

Toutes ses photos sont emplies de mélancolie […], d’ironie […], d’humour […] et de sagesse […]. 

Aristide Padigreaux, LE JOURNAL DU MÉDECIN

Des scènes hors du temps, qui révèlent le talent destructeur de l’homme et dont émane une certaine mélancolie.

Marine Durand, Livres Hebdo

Le photographe Antoine Herscher a choisi d'immortaliser des lieux abandonnés, où la nature a repris ses droits.

Pauline Vallée, We Demain

Après Arbor (Actes Sud, 2016), le photographe Antoine Herscher poursuit sa réflexion sur la puissance de la nature.

Fabien Ribery, L’INTERVALLE

Les photographies d’Antoine Herscher sont d’une grande simplicité tout en disant beaucoup de la fragilité des humains et de leurs projets, balayés par le temps – et le mauvais temps – et l’oubli.

La Dépêche du Midi

Du même auteur