Aller au contenu principal

Adrian Ghenie

Sous-titre
Déchaîner la peinture


Adrian GHENIEPlasticien

Né en 1977, Adrian Ghenie vit et travaille à Berlin et est un des artistes les plus cotés du moment sur le marché de l'art. Depuis une dizaine d’années, sa peinture se déploie à travers un extraordinaire déchaînement chromatique qui, entre figuration et abstraction, invente des formes nouvelles – inspirées par Francis Bacon ou Gerhard Richter – en les déplaçant sur le terrain de l’histoire et du destin de l’espèce humaine en proie aux mutations génétiques.

Cette enquête passionnée écrite par Yannick Haenel s’attache à décrire le processus d’une oeuvre à travers l’analyse des figures qui irradient ses tableaux.

Est-il encore possible de faire de la peinture dans une époque qui se noie dans la saturation des flux d’images ? Est-il encore possible de peindre des visages après un siècle de propagande où le visage des tyrans a permis d’asseoir leur domination ? Qu’est-ce que la radicalité artistique ? Ce sont des questions que pose l’oeuvre d’Adrian Ghenie, et que ce livre aborde en une série de chapitres qui racontent une histoire : celle de la naissance d’une oeuvre, aujourd’hui.

mars, 2020
19.60 x 25.50 cm
224 pages
Coédition Harry Jancovici éditeur Indépendant


ISBN : 978-2-330-12752-7
Prix indicatif : 37.00€



Où trouver ce livre ?

Un essai inspiré et fiévreux sur Adrian Ghenie, peintre dont le corps-à-corps avec les traumas de l’histoire révèle l’apocalypse de notre temps.

Romaric Gergorin, THE ART NEWSPAPER

Une monographie pensée comme un contre-envoûtement.

Fabien Ribery, BLOG L'INTERVALLE

Yannick Haenel, comme Adrian Ghenie, est un grand vivant obsédé par la mort. Une grande santé qui se heurte à un monde se détruisant, que le premier écrit, que le second peint.

Livre admirable.

Deux âmes sœurs se rencontrent et dialoguent, un fruit naît, beau et savoureux, concret et conceptuel.

(Un) texte magnifique.

Vincent Jaury, TRANSFUGE

La virtuosité d’Haenel réside dans une clarté au centre de cette tempête picturale et dans l’authenticité d’une puissante pensée.

On suit un écrivain total entre les lignes de sens violentes et foudroyantes des tableaux et grâce à lui l’histoire de la peinture se déploie naturellement jusque dans l’axe de l’ontologie.

Lire Haenel, c’est à nouveau faire l’expérience éblouissante de l’envers du nihilisme.

Arnault Jamin, DIACRITIK

Du même auteur