fbpx Arbre de l'oubli | Actes Sud Aller au contenu principal

Arbre de l'oubli



«Un matin, alors que vous sirotez côte à côte votre jus de pomme pendant la récré, Felisa te lance : C’est vrai que Joel Rabenstein l’anthropologue c’est ton papa ?»

«C’est vrai.»

«Et ta maman, c’est une sœur de couleur ?»

«Nan… ça t’étonne, hein ?»

«Un silence long et doux s’installe entre vous, au cours duquel le vent d’automne fait danser vos écharpes et arrache quelques feuilles aux arbres dans la cour.»

«Ou plutôt si, dis-tu enfi n (et c’est la toute première fois que tu en parles en dehors de la famille). En fait, ma vraie mère est une sœur de couleur mais je ne l’ai jamais rencontrée. Elle habite Baltimore.»

«Ah.»

«Felisa ne dit pas un mot de plus, mais ses yeux brûlants te donnent une dose d’empathie comme jamais tu n’en as reçue.»

Quand s’ouvre ce livre, Shayna, qui n’est plus une enfant, arrive à Ouagadougou. Nous sommes en 2016. Elle porte en elle toutes les questions et contradictions de notre temps, celles du féminisme, de la procréation, mais aussi du genre et de la laïcité. Et c’est à l’écoute de ce personnage, de cette jeune femme à l’intériorité confisquée que Nancy Huston, entraînant dans son sillage de lumineuses interconnexions humaines, compose un roman virtuose et généreux.

mars, 2021
11.50 x 21.70 cm
320 pages


ISBN : 978-2-330-14691-7
Prix indicatif : 21.00€



Où trouver ce livre ?
Ce livre existe également en version numérique

La beauté de la langue transporte et la construction magistrale nous guide dans cette histoire bouleversante sans jamais nous perdre.

Françoise Feuillet, AVANTAGES

On trouve dans ses livres des enfants, des mères, des femmes, le passé surgit, l’exil, la terre, la sensualité, les questions fusent autour de l’abandon, l’avortement, l’identité, tout ce qui fait de nous des hommes et des femmes complexes, abimés mais vivants. 

Vincent Josse, FRANCE INTER / "LE GRAND ATELIER"

Avec une virtuosité à la hauteur de son ambition, l’écrivaine embrasse les offenses du passé et leurs stigmates au présent pour les incarner dans des femmes et des hommes aussi attachants que complexes.

Corinne Renou-Nativel, LA CROIX

Une écriture pleine de suspense et des portraits de mères formidables de vérité.

Isabel Potel, MADAME FIGARO

En nous faisant découvrir tous ces personnages, en menant la danse de l’un à l’autre pour dévoiler ce qui les relie et que les personnages eux-mêmes ne voient pas, on a une vision : celle d’une commune humanité, déchirée par des cloisons identitaires qui menacent de devenir des murs infranchissables. Mais le récit est là aussi pour dire que, si nous sommes tous nés d’une même souche, chacun a le droit de s’attacher à son histoire personnelle. Il n’en a pas seulement le droit, il en a le devoir. 

Yaël Pachet


, EN ATTENDANT NADEAU

Un roman bouleversant sur la quête des origines.

Annick Cojean, LE MONDE DES LIVRES

Nancy Huston fait une histoire qui interroge et dans laquelle elle s’engage en mots simples, avec détermination et une impétuosité qui sont chez elle une constante et le gage de son attention aux dérives, aux rêves ou aux aberrations du monde.

Monique Verdussen

Une écriture magnifique et riche.

Claude Maine, OUEST FRANCE

Porté par trois voix, le nouveau livre de Nancy Huston s'intéresse à toutes les questions de notre temps : le féminisme, la maternité, la transmission, l'identité et la création, et grâce à une écriture virtuose emporte les lectrices et lecteurs dans un tourbillon d'émotions.

Catherine Fruchon-Toussaint, RFI / LITTÉRATURE SANS FRONTIÈRE

Nancy Huston livre un superbe roman choral, explorant avec virtuosité des vies intérieures en résonance avec les fracas du monde.

TÉLÉ LOISIRS

Avec cette œuvre tentaculaire, l’écrivaine fait le portrait d’une humanité touchante, dont la beauté réside dans le doute permanent qui l’anime et dans son infatigable quête de sens.

Léonard Desbrières, LIRE/ LE MAGAZINE LITTÉRAIRE`

Nancy Huston signe un livre choral d’une grande virtuosité.

Anne Michelet, VERSION FEMINA

C’est un événement en librairie à travers toute la francophonie, le nouveau roman de Nancy Huston explore une nouvelle fois les travers et  les moments clefs de notre société à travers le siècle.

Emmanuel Kherad, FRANCE INTER / LA LIBRAIRIE FRANCOPHONE

Arbre de l’oubli jongle avec les époques, embrasse l’histoire d’un siècle, traite du racisme, du féminisme, de la maternité. Il en fallait de la virtuosité pour réussir un tel roman.

Pascale Frey, C CULTURA

Une grande romancière (…). Il faut se précipiter en librairie pour acheter et lire Arbre de l’oubli.

Renaud Dély, 28 MINUTES

Chaque personnage d'Arbre de l'oubli est l'incarnation d'un bout de l'histoire du monde. Nancy Huston donne la libre parole à tous, au risque de choquer, de polémiquer, pour dessiner des hommes et femmes tourmentés. Ils doivent apprendre à faire avec ce qu'ils sont pour se comprendre eux-mêmes, puis ils doivent apprendre à se défaire de ce qu'ils sont pour comprendre les autres (...) Nancy Huston explore ici les séismes idéologiques. Elle écoute les vies intérieures et restitue les bruits du monde.

Marie Laure Delorme, LE POINT.FR

Une telle virtuosité (...). Entre les lames des drames qui définissent ces personnages et leurs ascendants, la lumière perce. Les lumières. On tourne les pages comme on manierait un kaléidoscope. Nancy Huston nous entraîne bien au-delà du noir et blanc qui hante le livre. Elle entrecroise les lieux et les âges, entrechoque les générations.

Anna Cabana, LE JOURNAL DU DIMANCHE

Arbre de l'oubli retrace les pages les plus sombres de l'Histoire tout en abordant les enjeux essentiels de notre société contemporaine.

Silvia Garcia, TV5 MONDE / LE 64’

Nancy Huston est l’une des romancières préférées des français (...), une virtuosité absolument extraordinaire. Tout ce qui nous préoccupe aujourd’hui est dans ce livre (...), un livre plein de bruit et de fureur.

Olivia de Lamberterie, FRANCE 2 TÉLÉMATIN

Dans ce livre infiniment riche et fort en tourments, l’amour est la seule accalmie et Nancy Huston sait les mots somptueux pour le dire. Splendide.

Olivia de Lamberterie, ELLE