Alice Ferney | Cherchez la femme

    Cherchez la femme
    Alice Ferney || Cherchez la femme

    Roman

    Parution le 6 mars 2013

     

    Étude de caractères, portrait minutieux, autopsie exhaustive d’un mari occupé de lui-même et d’une épouse qui veut franchir les turbulences, le nouveau roman d’Alice Ferney passe au tamis d’une écriture indiscrète et addictive les heurs et malheurs de la biosphère conjugale.

     

    Pour raconter de bout en bout l’histoire d’un couple qui sous nos yeux se forme, s’épanouit, se construit, se fissure, se disloque, se sépare – pour aller donc de l’enchantement à la perte de l’illusion –, il fallait (la méthode est biologique autant que romanesque) scruter au préalable sa “vie prénatale” et, s’il est vrai qu’un mariage se fait à six (parents compris), découvrir ce qui, du rêve des géniteurs et du modèle transmis, allait passer dans le destin conjugal.
    Le roman examine sans détour ce que, dans ce couple, aimer veut dire. Observe de quelle façon la grammaire de la conjugalité reproduit les normes que la petite enfance a fixées, en plaçant l’admiration au centre de l’échange affectif.
    Écrire cette vaste histoire, c’est bien sûr aussi décrypter les relations qui s’établissent entre les époux et leurs beaux-parents. Le roman incorpore à plaisir tous les points de crispation, les faux-semblants, les rémanences tenaces de la différentiation socioéconomique.
    Dès lors que l’hypothèse d’un divorce apparaît, il va s’agir de voir pourquoi, combien de temps et surtout de quelle manière le couple procrastinera sa séparation…
    On ne saurait outre mesure résumer un grand roman – au sens plein : une étude de caractères – qui fonde son pouvoir sur l’exhaustivité, l’intelligence, la méticuleuse autopsie des sentiments et des comportements. La recherche de la vérité conduit l’écriture d’Alice Ferney dans les alvéoles les plus invisibles de la relation maritale. Sa phrase est patiente, exigeante, addictive.
    La Conversation amoureuse avait célébré l’enchantement des coeurs, Paradis conjugal scrutait le sentiment d’abandon. Cherchez la femme offre un panorama bien plus ample. Car il s’agit cette fois d’affronter avec passion les invariants du projet familial. L’obsolescence de certaines valeurs (engagement, fidélité, droiture) traverse les turbulences chères à l’air du temps (liberté, indépendance, autonomie). L’entreprise est cruelle et capiteuse qui, avec une patience inépuisable, démonte les mécanismes par lesquels, faute d’être pensé, partagé, questionné, le voyage du couple n’entrelace que les trajectoires précairement convergentes de deux irrémédiables solitudes. L’observation du désastre annoncé prend ici un caractère édifiant parce qu’inexorable, et applique à l’élucidation du tandem masculin-féminin toutes les ressources d’une vigilance analytique qui ne laisse aux protagonistes aucune échappatoire.

    Alice Ferney lit un extrait

     

     

    Lire un extrait

     

     

     

    Dans la presse

     

    « Avec une précision balzacienne et un ton particulièrement incisif, la romancière de La Conversation amoureuse renoue avec ce qu'elle fait de mieux. »
    Baptiste Liger, Lire

     

    « Vous avez aimé La conversation amoureuse, vous allez adorer Cherchez la femme. On y retrouve l'Alice Ferney entomologiste des sentiments, auscultant les élans et les chagrins à la larme près, avec un talent romanesque d'orfèvre et un brio flamboyant qui emportent le lecteur dans un voyage conjugal jusqu'au bout de la vie. »
    Olivia de Lamberterie, Elle

     

    « Ecrire un roman, c'est connaître, c'est renaître. Ce livre impressionnant de la dépendance amoureuse sera aussi celui de la liberté et de l’ironie conquises au bout d'une intarissable épopée du bonheur et de la grande douleur. »
    Patrick Grainville, Le Figaro Littéraire

     

    « Alice Ferney explore avec brio la vie du couple. Cherchez la femme est une passionnante radiographie du mariage, de son évolution, et de la séparation. »
    Marie Chaudey, La Vie

     

    « Alice Ferney scrute avec perspicacité ce "mariage à six" parents inclus, dans un vaste roman sur deux générations. »
    Anne Smith, Télé 7 Jours

     

    « La romancière met au point un mécanisme d'horlogerie ou la liberté des êtres se heurte aux invisibles déterministes établis par les générations précédentes… Alice Ferney parvient à unir les fantaisies, les imprévus de l'existence, qui modifient, enrichissentles personnages et vivifient le récit avec une logique impitoyable qui les incite, les oblige à ne s'enfoncer qu'en eux-mêmes. »
    Francine de Martinoir, La Croix

     

    « Cherchez la femme est de toute évidence le plus abouti des romans d'Alice Ferney….On retrouve là son sens du récit, son art de creuser ses personnages et son talent pour la psychologie. »
    Alexandre Fillon, Journal du Dimanche

     

    « Alice Ferney au meilleur de son talent d'analyste des grandeurs et servitudes de la vie conjugale. »
    Véronique Rossignol, Livres Hebdo

     

    « Ce roman à la construction précise et généreuse se différencie d'une sage :il interroge le lecteur sur l'intime. La répétition voulue des événements, souvent épuisante, reflète le côté récurrent du fonctionnement humain. Un roman profond, exaltant dont le rythme et le suspense s'étirent jusqu'à la dernière ligne. »
    Centre Presse

     

     

    Alice Ferney

     

     

    Alice Ferney vit à Paris. Elle a publié chez Actes Sud :

     

    Cherchez la femme est sélection pour le prix des lectrices de ELLE


    Association du méjan

    Actes Sud newsletter

    Inscription à la newsletter :

    newsletter